Tunisie – UE : José Manuel Barroso: «La Tunisie est appelée à accepter la réadmission de ses immigrés clandestins»





Le récent ballet diplomatique européen en Tunisie (Berlusconi et Barroso en tête) est essentiellement en rapport avec la gestion du dossier des émigrés clandestins ayant transité par Lampedusa.
Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a exprimé, hier lors de son point de presse à Tunis, «sa confiance dans cette révolution démocratique en Tunisie» et annoncé «la solidarité de l’Europe avec ce processus pour la liberté, la démocratie, la justice sociale», tout en promettant «un partenariat économique, social, commercial mais, aussi, politique avec un approfondissement des liens avec la société civile».
M. Barroso a rappelé que «la démocratie, c’est réussir des élections libres, justes, en respectant tous les standards internationaux. C’est aussi un Etat de Droit avec une société ouverte respectant les droits de la femme». Il a annoncé que la commission européenne a été invitée à assurer un rôle d’observateur lors des prochaines élections du 24 juillet.
Le président de la commission européenne a par ailleurs annoncé ‘qu’une rallonge de 140 millions d’euros a été ajoutée aux 257 millions d’euros d’aides à la Tunisie pour le triennat 2011-2013’ et assuré que «l’Europe aidera la Tunisie à se doter des conditions pour réussir et se renforces comme un centre d’excellence». Il va appeler les industriels européens à «rester» et «à regarder ce pays à plus d’intérêt que jamais».
Réadmission
Concernant l’émigration clandestine, M. Barroso n’a pas mâché ses mots. «Nous attendons de la Tunisie une action forte et claire en acceptant la réadmission de ses ressortissants qui se trouvent de manière irrégulière en Europe, ainsi que dans la lutte contre la migration irrégulière. L’Europe est prête à vous aider avec des moyens supplémentaires, mais il nous faut aussi que les autorités tunisiennes s’engagent davantage. L’engagement de la Tunisie est crucial pour la suite de notre coopération», a-t-il notamment déclaré.
Le président de la commission européenne a ajouté que «l’émigration n’est pas la solution pour les défis économiques de ce pays. La solution de long terme est le développement économique et social qui se base sur les talents et l’énergie des Tunisiens». Il a par ailleurs souligné son intérêt pour «un travail sur un espace euro-méditerranéen intégré à la tête duquel peut se placer la Tunisie».

Mourad SELLAMI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com