Humeur révolutionnaire : La liberté des uns, c’est la liberté des autres





La Révolution, c’est la liberté. Mais la liberté, c’est quoi au juste? Quand on était en classe philo — ce fut un temps!— nos profs nous poussaient à intégrer dans nos consciences encore en formation que «la liberté des uns finit là où commence celle des autres».
Belle expression sans doute, mais qui ne manque pas d’ambiguïté en ce sens qu’elle pourrait laisser comprendre que les uns ont une liberté qui est différente de celle des autres. Or, la liberté ne peut être qu’une et est la même pour tous. C’est pour cela, d’ailleurs, qu’il y a des lois qui garantissent cette liberté, et qui s’appliquent à tout le monde.
Les éboueurs sont-ils libres de faire grève? Réponse: oui.
Les éboueurs sont-ils libres de faire grève jusqu’à noyer la ville dans les immondices? Réponse: non.
Les automobilistes sont-ils libres de téléphoner dans leur voiture. Réponse: pourquoi pas.
L’agent de circulation est-il libre de sévir: il le doit.
L’autre jour une dame scotchée à son téléphone, l’autre main sur le volant, n’a pu éviter de heurter une autre dame qui tentait de traverser librement — les feux étaient au vert — la chaussée. Mais la conductrice semblait étonnée, malgré son forfait, de devoir choisir entre la liberté de téléphoner et la liberté de conduire. Mises ensemble, les deux libertés nuisent fortement. Même si tout le monde le fait, en ces temps de la Révolution.


A.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com