Journées culturelles hispano-tunisiennes : «Barrio» : Le cinéma espagnol à l’honneur





Le film de Fernando Léon De Aranoa «Barrio» sera projeté lundi prochain à l’institut Cervantes de Tunis. Cette projection se fait dans le cadre des Journées culturelles hispano-tunisiennes.
Les Journées culturelles hispano-tunisiennes sont une occasion pour le public tunisien de découvrir des œuvres ibériques originales. Des œuvres qui ont connu un succès auprès du public et de la critique. L’une de ces œuvres est «Barrio».
L’histoire de «Barrio» est celle de trois amis qui ont grandi ensemble. Trois amis du nom de Javi, Manu et Rai dont les sujets de réflexion sont les filles. Tous trois ont grandi ensemble dans la cité d’une grande ville d’Espagne, la capitale Madrid. Et durant la chaleur étouffante du mois d’août, ils n’entendent parler que des habitants de la grande ville qui projettent de partir en vacances à la plage. La plage est un lieu paradisiaque que les trois personnages principaux du film n’ont jamais visitée et dont les nombreuses publicités et autres agences de voyages leur mettent l’eau à la bouche. Ou comment trois enfants sont sur le point de sombrer dans la délinquance
Un film qui insiste longuement sur l’attente. L’attente des personnages principaux, mais aussi l’attente du spectateur. Pour ce faire, le metteur en scène utilise des panoramiques; des plans classiques et beaucoup de travellings. Et force est de constater que le cinéaste est beaucoup aidé en cela par le climat. En effet, l’action se déroulant en été, dans une cité madrilène, la photographie est éclairée plus qu’il n’en faut et légèrement poussiéreuse. Le film, récompensé au festival de Cannes en 1996, est une étude sociologique sur le passage de l’enfance à l’adolescence. Et ce qui en ressort, c’est que l’ennui est le quatrième personnage principal de cette œuvre maîtrisée.
«Barrio» est une comédie dramatique, mise en scène par le jeune réalisateur espagnol Fernando Léon De Aranoa. Un réalisateur à qui l’on doit des œuvres comme «Amador», «Les lundis au soleil» ou bien encore «Une vie de rêve» avec Salma Hayek. Ce metteur en scène est donc une des valeurs montantes du cinéma espagnol et ce, bien que ses films ne rencontrent pas toujours le succès escompté. Une curiosité à découvrir.


M. WALEYEDDINE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com