Vu en France : De Tunisie en Libye, les actes et les mots





On se réjouit de l’arrivée de la démocratie mais on refuse les migrants, on veut le départ de Kadhafi mais on ne se donne pas les moyens…
De notre correspondant permanent, François Bécet
Les actes ne sont pas toujours en accord avec les mots, ils apparaissent souvent plus forts que les décisions qui en découlent. Ainsi, fait inédit, trois présidents, Obama, Cameron et Sarkozy, viennent d’écrire une tribune dans laquelle ils affirment qu’«il est impossible d’imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi» et que «l’Otan et les partenaires de la coalition doivent maintenir leurs opérations afin que la protection des civils soit maintenue et que la pression sur le régime s’accroisse». Oui, mais sur le terrain, l’Otan ne dispose pas d’assez d’avions pour effectuer les missions qui seraient nécessaires, seuls six des 28 pays de l’Alliance participent avec occasionnellement l’aide américaine. On est loin du Kosovo en 1999 où l’on a compté une moyenne de 480 sorties aériennes par jour pendant 78 jours, les avions français en faisaient quotidiennement une cinquantaine contre 30 au-dessus de la Libye. Il est vrai que le mandat n’était pas le même…
Certes, comme le souligne le ministre de la Défense Gérard Longuet, on s’éloigne de la résolution 1793, mais comment faire autrement. D’autant que l’on sait que les insurgés n’ont guère de compétences militaires – sans parler de l’armement — et qu’une moitié du pays n’a pas bougé…
Et si, comme on le souhaite, les Libyens retrouvent bientôt leur liberté et que quelques-uns d’entre eux aient envie de la vivre ailleurs, au moins pour un temps, vont-ils se heurter aux mêmes difficultés que les Tunisiens? Depuis le début de l’année, 27 000 « libérés » de Ben Ali et aussi d’«amis» du régime qui craignaient d’être inquiétés, ont gagné Lampedusa avec, pour beaucoup, l’espoir d’être accueillis en France. Paris a salué, avec retard, la révolution, lui a souhaité bonne chance, lui a envoyé quelques ministres chargés de dire qu’on pouvait vendre tout ce que Tunis voulait mais que nos portes étaient fermées. Vive la solidarité et la chaleur humaine… Certes, la France ne peut pas donner du travail à tous les exilés, vu son taux de chômage et ses propres difficultés, mais elle pouvait faire preuve de davantage de compréhension et d’humanité. Un accueil temporaire aurait été le bienvenu, complété par une aide sur place et des investissements pour aider l’économie tunisienne à se redresser.
Le plus grave est la cause de ce refus : il est purement électoraliste. Officiellement, la France avance des arguments juridiques – les conditions d’application de l’accord de Schengen — mais en refusant l’entrée à quelques Tunisiens, l’Elysées espère reprendre quelques électeurs au FN! Il en aurait peut-être gagné davantage en expliquant que la France ne ferait que son devoir en aidant un pays ami … D’ailleurs, les chiffres disent autre chose que les mots de défiance de Claude Guéant : près de la moitié des clandestins interpellés dans les Alpes-Maritimes au premier trimestre ont dû être remis en liberté. Et sont en France, clandestins malheureusement.
PS : la «lâcheté» de la France
Le Parti socialiste a mis du temps à comprendre que l’attitude du gouvernement était critiquable. La réaction n’est venue qu’hier avec la dénonciation de la « lâcheté de la France» face aux Tunisiens qui arrivent à Lampedusa. Le PS estime qu’il est «temps d’assumer le principe d’une délivrance exceptionnelle de permis de séjour temporaire». Il justifie ainsi sa position : «Le peuple tunisien, francophone dans son immense majorité, est en train de bâtir une nouvelle ère démocratique tournée demain vers la prospérité qui nécessite dès aujourd’hui une solidarité et de grands projets de coopération avec l’Union européenne. Plus que jamais, le président de la république devrait s’atteler à réparer les effets des graves fautes de la diplomatie française qui ont été interprétées, pour beaucoup de Français et de Tunisiens, comme une trahison envers un peuple auquel nous sommes tant liés».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com