Propreté à Tunis : La société civile à la rescousse





Les détritus jonchent les rues de la ville de Tunis, au point que l’odeur qui s’en dégage est devenue insupportable.
Certains habitants se posent de plus en plus la question de savoir si l’incinération de ces déchets est nocive pour la santé, que faire pour s’en prémunir…? Tous sans exception ont «peur» que la situation perdure sans trouver de solutions.
Aussi, certains riverains ont «pris le taureau par les cornes» en louant des camions pour se débarrasser de cet éventuel «danger» pour la santé. D’autres ont pris le risque de brûler ces déchets qui sont une offense, non seulement pour la vue et l’odorat, mais aussi pour «l’économie» du pays.
Tunis était un modèle de propreté et les touristes «gambadaient» dans tous ses recoins sans être surpris par de tels paysages désolants.
L’autre jour, en plein centre-ville, un touriste était resté coi devant une véritable montagne de déchets. C’est dire le danger que peut faire courir ce genre de situation au pays tout entier, aussi bien économiquement que sanitairement.
Les éboueurs et tous ceux qui ont pris fait et cause pour eux ont-ils raison d’agir de la sorte? Oui et non. Oui, parce que ces travailleurs méritent plus de considération et plus de justice, car ils constituent un composant incontournable de la ville. En tant que tel, ils ont droit à un statut plus respectable et plus d’égards de la part des citoyens. Leur grève est là pour montrer leur rôle indispensable dans la vie de tous les jours.
Non, parce que le Tunisien, réputé pour être propre, doit continuer à l’être, quelle que soit la situation du moment. Les éboueurs et leur «syndicat» auraient dû demander leurs droits sans mettre en danger la salubrité de la ville, la santé des citoyens qui y habitent, la quiétude de tous les visiteurs de la capitale…
Il est vrai que la propreté est une condition sine qua non d’une vie saine, il est tout aussi vrai que ceux qui y veillent ont droit à plus de respect et de considération.

Moncef SEDDIK


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com