Au lendemain de la mort de 14 manifestants : Les contestations s’amplifient en Syrie





Les manifestations contre le régime de Bachar Al Assad ont pris de l’ampleur ainsi que la répression des forces de l’ordre syriennes a fait 14 morts.
Le Quotidien-Agences
Le mouvement de contestation du régime s’est amplifié en Syrie avec de nouvelles manifestations hier, au lendemain de la mort de quatorze manifestants tués par les forces de sécurité dans la région de Homs, selon des militants des droits de l’Homme.
Des milliers de personnes ont participé aux funérailles d’au moins sept personnes tuées avant-hier à Homs (Centre), alors que des manifestations ont eu lieu à Deraa (Sud), épicentre de la contestation sans précédent lancée le 15 mars, et près d’Idleb (Nord-Ouest).
Dans la ville de Homs, située 160 km au Nord de Damas, les forces de sécurité ont tiré à balles réelles pour disperser les manifestants rassemblés dans le quartier de Bab Sba’a, selon les militants qui ont requis l’anonymat.
Les militants ont expliqué que la tension y était vive depuis l’annonce samedi de la mort d’un cheikh interpellé il y a une semaine alors qu’il était en bonne santé.
Elle est également due aux nouvelles venant de la ville proche de Talbisseh où au moins quatre personnes ont été tuées dimanche et plus de 50 blessées par les forces de sécurité qui ont ouvert le feu sur la foule lors des obsèques d’un Syrien tué la veille, selon des témoins.
Insuffisance
Par ailleurs, l’opposition a jugé insuffisante la promesse du président Bachar El-Assad d’abroger dans les prochains jours la loi d’urgence, en vigueur depuis cinq décennies, appelant également au multipartisme et à la libération des détenus politiques.
Les autorités syriennes ont attribué les tirs à Talbisseh à des «éléments criminels armés» non identifiés, en affirmant qu’un policier avait été tué et 11 blessés ainsi que cinq soldats par ce «groupe criminel».
À Deraa, environ 500 personnes, dont 150 avocats ont manifesté en appelant à la chute du régime. Ils ont réclamé la libération des détenus et dénoncé le monopole du Baas sur la vie politique, a déclaré un militant des droits de l’Homme sur place.
Dans la localité de Jisr Al-Choughour près d’Idleb (Nord-Ouest), environ 1.500 personnes ont manifesté après les obsèques d’un manifestant tué à Banias, plus au sud. Elles ont coupé la route vers Alep (Nord) et réclamé la libération des détenus ainsi que des informations sur les personnes disparues, selon un autre militant.
Le journal du parti Baas au pouvoir a affirmé que les réformes seraient sûrement appliquées «car elles sont devenues une nécessité urgente en raison des évènements douloureux en Syrie».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com