Les Stadistes méritaient mieux





S.T. : 1 – J.S.K. :1
Devant un public qui se compte par centaines, les deux équipes ont été incapables de s’imposer. Le ST, dominateur sans réalisme, perd encore des points à domicile.
Les gars du Bardo ont abordé cette reprise dans des conditions difficiles comme l’explique son coach Patrick Liewig: «Il n’y a pas lieu de critiquer les joueurs. Un match se prépare dans des conditions techniques bien connues, ce qui n’est point le cas au Bardo. Et puis, que peut-on exiger de plus des joueurs qui ne sont pas payés depuis trois mois et un entraîneur qui n’a pas eu son salaire depuis bientôt quatre mois?!».
Pourtant, sur le terrain, ils n’ont pas démérité en dominant le match de bout en bout. Le round d’observation a duré un bon quart d’heure avant de voir le ST s’installer dans la zone adverse sans pour autant faire la différence. Okbi a aligné une formation à vocation défensive et il a compté sur les contres pour surprendre son adversaire, alors que Liewig a pris de court tous les observateurs en laissant ses avants de pointe sur le banc!
Le rôle de Selliti
Il a fallu attendre vingt-cinq minutes pour que le coach stadiste modifie ses plans. Selliti a pris la place de Cherni et sa rentrée a fait beaucoup de bien aux siens. Il a tiré un coup franc sur le montant et il a beaucoup bougé, permettant à ses coéquipiers de bénéficier de plus d’espace. En face, Cheikh, Laayouni et Hellali n’ont pas bien soutenu Troudi et surtout Youssefi, souvent esseulé devant et Jeridi n’a eu que des miettes à faire durant la première partie du match. La reprise a été engagée avec le même spectacle, mais la surprise eut lieu lorsque la JSK, suite à un contre, a fait le break grâce à Troudi qui a bien profité du service de Youssefi. C’était contre le courant du jeu, mais en football le réalisme est essentiel.
La réaction du ST fut immédiate et l’égalisation a eu lieu un quart d’heure après suite à un penalty. Msakni a été à l’origine de la faute et il s’est chargé d’en profiter. Les ultimes minutes ont vu le rythme baisser, de part et d’autre. Le heading de Selliti sur le montant de Souissi n’a rien changé au sort du match et la JSK peut être satisfaite de ce résultat, comme l’affirme son coach Mourad Okbi: «Il est vrai que le ST a dominé le match, mais nous étions capables, tout de même, de nous imposer. Au vu des péripéties du match, je peux dire qu’on a gagné un précieux point».


Kamel ZAÏEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com