Le nouveau président de la F.T.F. : «Cette lourde tâche ne me fait pas peur»





La succession de Ali Hafsi est engagée et les scénarios sont multiples pour désigner ou élire
le nouveau patron de la FTF.
C’était dans l’air et Ali Hafsi a fini par déposer officiellement sa démission. A présent, plusieurs formules sont envisageables et c’est aux membres du Bureau Fédéral actuel et aux clubs de décider. Normalement, dans une telle situation, c’est le vice-président qui est chargé de l’intérim jusqu’à la fin du mandat, c’est-à-dire jusqu’au mois de mai 2014. Toutefois, une démission de cinq membres du BF pourrait entraîner la tenue d’une AG extraordinaire élective pour élire un nouveau bureau. De même, les clubs peuvent aussi l’exiger à travers une demande collective des deux tiers au moins.
Ceci dit, l’impression qui se dégage du côté de la FTF et des représentants des clubs laisse penser que tout le monde est d’accord pour appliquer la règle de l’intérim. Ce n’est point nouveau, puisque M. Kamel Ben Amor l’a déjà fait en succédant à M. Tahar Sioud qui était parti dans des circonstances similaires. D’ailleurs, la FTF s’apprête à connaître son quatrième président en trois ans, un record! Sioud était là en 2008 avant de laisser le témoin à Kamel Ben Amor. Ali Hafsi a pris le relai en 2010 et il est déjà parti…!
Un travail collectif
Assumant encore, avec le sérieux qu’on lui connaît, son rôle de vice-président, M. Anouar Haddad paraît très disposé à prendre les rênes en main: «C’est un honneur de présider la FTF et je suis prêt à le faire si jamais on me sollicitait. J’ai assumé des responsabilités diverses dans le monde du football depuis 1978. Ça fait déjà trente-trois ans que je suis là, à travers mon club, le Stade Tunisien, ou bien les structures de la fédération (Ligue, Bureau fédéral…). Cette lourde tâche ne me fait pas peur, mais la réussite ne peut être que le fruit d’un travail collectif. Pour le moment, il est encore tôt pour en parler, mais j’y pense très sérieusement. La FTF est à présent bien structurée et le terrain est favorable pour effectuer du bon travail. Les objectifs seront très clairs: la qualification à la CAN 2012 et le Mondial 2014 pour les Seniors, et aller aux JO 2012 à Londres pour les Olympiques. Je peux également être fier d’avoir de très bonnes relations avec tous les membres du Bureau fédéral actuel et ça comptera beaucoup pour réussir ensemble un bon parcours».
Anouar Haddad, le très probable futur président de la FTF ne sera pas le successeur de Mohamed Dérouiche, l’ex-patron du ST qui vient de démissionner. Il a toujours accordé la priorité à la FTF et il l’a de nouveau confirmé: «Mon cœur battra toujours pour le Stade Tunisien, mais je suis là, à la FTF, pour servir le football tunisien. Il est vrai que présider le ST est un grand honneur pour moi, mais j’accorde la priorité à la fédération, là où j’ai déjà entrepris du bon travail que je compte contrinuer jusqu’au bout».
On s’attend, d’ailleurs, à y voir plus clair lors de la prochaine réunion du Bureau fédéral. Le terrain est déjà dégagé devant Anouar Haddad, à moins d’une grosse surprise de dernière minute.


Kamel ZAÏEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com