Jeunes et Amour/ Cœur entier ou en artichaut ?





En parlant d’amour, la plupart des jeunes pensent que le cœur ne peut battre que pour une seule personne, certains ont un autre avis; l’amour peut être pluriel et le cœur est en mesure d’aimer plus d’une personne à la fois. Tunis-Le Quotidien Singulier ou pluriel?, telle est la question que se pose pas mal de jeunes lorsqu’il s’agit d’amour. Est-ce qu’un cœur est voué à une seule personne? Ou est-ce que cet organe de l’affection par excellence peut conjuguer l’amour au pluriel? De toute façon, il ne s’agit aucunement de science exacte. Les jeunes qui se prononcent sur les sentiments ne sont jamais affirmatifs mais considèrent plutôt que ce sont des questions personnelles. C’est le cas de Khaled Hamdouni qui ne conçoit pas d’amour pour deux femmes en même temps «Je ne peux pas le faire. C’est vrai que j’ai eu des conquêtes mais mon cœur ne peut point se partager entre plusieurs personnes», explique Khaled. Ce cadre bancaire va jusqu’à penser que c’est maladif d’aimer deux personnes à la fois. «Qu’est-ce-que cela veut-dire?», se demande-t-il. Et en fin de compte, pour ce jeune homme, c’est une affaire de principe «chacun a ses principes». Après tout, un homme peut multiplier les aventures mais pour fixer son affection «le cœur n’aime qu’une seule». D’autant plus qu’en amour, «à chacun sa logique». Si pour Khaled l’amour rime avec une certaine logique et avec des principes intangibles, il n’en est pas de même pour Walid El Gharbi. «Y a-t-il un cœur pour deux?», s’exclame-t-il. Selon lui et d’après sa propre expérience, il est certes capable de contempler plus d’une silhouette et d’une beauté. De quel droit le regard se priverait-il du ravissement que lui proposent plusieurs personnes? «Mais le cœur, il ne peut chavirer que pour une seule», précise-t-il. Cet attaché commercial à l’allure très «in» se trouve incapable de consacrer son cœur à deux êtres chéris. Il peut comprendre le langage des escapades. «Mais de là à aimer deux personnes simultanément, jamais». Ce n’est pourtant pas l’avis de Dorra Beldi qui estime que l’amour exclusif est une affaire de sa gent, alors que le sexe opposé n’obéit pas à la même loi. «La femme est très sentimentale et elle ne peut pas s’attacher à plus d’une personne», justifie Dorra. En contrepartie «l’homme agit plutôt par besoin d’assouvir une envie sexuelle». Et la jeune étudiante d’appuyer son accusation envers la gent masculine, l’homme oriental, «sent qu’il a besoin de plus d’une femme». N’empêche que parfois, «il peut instaurer une gradation dans sa façon d’aimer ses partenaires selon les circonstances». Paradoxalement, Dorra pense que pour ce genre d’hommes, il se peut qu’ils soient comme ce fut le cas du prince Muichkine le héros de l’Idiot de Dostoïevsky, amoureux de deux femmes à la fois et qu’il cherche à les sauvegarder toutes les deux. «Sans pour autant qu’on fasse entrer dans l’équation la libido». Toujours est-il que jouer sur ce double front n’est en aucun cas synonyme de mise, des deux êtres aimés sur le même pied d’égalité. «Il y en a un qu’on aime plus que l’autre», avoue Haïfa. Reste que le singulier et le pluriel n’enlèvent rien à la noblesse de l’amour, ce sentiment qui n’obéit à aucune règle et n’épargne aucun cœur. «Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas», a dit le poète. Sardou ne chante-t-il pas: «Elle court la maladie d’amour dans le cœur des enfants de sept à soixante-dix-sept ans». M. Kada


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com