Jeunes et jalousie/ Quand le portable vend la mèche





La jalousie est associée depuis toujours à l’amour. «Epice» indispensable ou sentiment révélateur, elle est considérée par la plupart des jeunes comme un signe d’amour à même de renforcer la relation. Tunis-Le Quotidien C’est «un sentiment douloureux que font naître, chez celui qui l’éprouve, les exigences d’un amour inquiet, le désir de possession exclusive de la personne aimée, la crainte, le soupçon ou la certitude de son infidélité». C’est la définition de la jalousie dans le «Larousse». En pratique, il s’agit d’un sentiment qui ne cesse de rimer avec l’amour depuis la nuit des temps. Certains pensent que la jalousie est indispensable dans un couple. D’autres dénoncent les dérapages qui peuvent s’ensuivre. Mais la majorité écrasante reconnaît son effet «épicé» à même de mettre à nu les sentiments. Né sous le signe de la Vierge, il aujourd’hui dix-neuf ans. Il est élève en deuxième année secondaire et ne cache pas une seconde sa passion pour Iris. «Mes sentiments sont très intenses» avoue le jeune garçon. Et c’est ce qui justifie sa jalousie. Amoureux de cette fille italienne depuis deux mois, Mourad Ben Mohamed sait que cette originaire du Nord d’Italie est d’une beauté exceptionnelle. N’empêche que «je suis très jaloux… de tout et je ne supporte pas que quelqu’un la regarde». Mais cet élève qui aime une Italienne à l’orientale et tente de composer avec des habitudes et des traditions différentes des nôtres, réussit à contrôler sa jalousie. Tandis que Dhouha, elle, considère qu’elle incarne la jalousie dans son sens absolu. «Je veux qu’il ne regarde aucune autre fille et je suis même capable d’interpréter ses regards». A dix-sept ans, élève en première année secondaire, Dhouha se réfère à une relation qui a duré un an et demi. La rupture ne remonte pas à très longtemps. Durant cette période qui a été marquée par une grande ardeur, «je fouille dans son portable quand l’occasion se présente et je tombe parfois sur des noms de filles attribués faussement à des garçons». Lors de ces pics de jalousie, la jeune fille appelle ces numéros pour vérifier les proprios et quant elle découvre la supercherie, elle se déclare prête à affronter ses rivales. «Je fouille aussi dans la boîte à gants de la voiture et une fois, j’ai découvert des photos d’anniversaire avec beaucoup de filles»,se souvient Dhouha. Pourtant, la jalousie, dans la conception de cette jeune lycéenne, permet de changer d’ambiance et de provoquer un débat dans la relation. «Elle renforce les rapports et rapproche les partenaires. C’est une preuve d’amour», conclut Dhouha. Dans leurs témoignages, les jeunes ont été jusqu’ici clairs en se qui concerne la jalousie. Mis à part les considérations personnelles de chacun d’entre eux, ils avouent être tous jaloux quand il y a de l’amour. Pour Meriem B., c’est l’amour mêlé à la jalousie mais aussi à l’infidélité, qu’elle essaie de gérer. Candidate au bac, elle a une relation avec un garçon depuis une année. «Je suis très amoureuse de lui». Paradoxe, «des pensées de me lancer dans d’autres aventures me tentent. Je ne suis pas très fidèle». Mais ceci n’empêche pas Meriem d’être «très très jalouse des filles». Et pour être à la page des mouvements de son bien-aimé, elle lui fouille son portable. Elle le surprend dans un café ou dans n’importe quel autre endroit. «Mais il est toujours clean», lui reconnaît tout de même la fille. Ceci étant, Léautand avait dit un jour, et ce, au bonheur des partisans de cette «épice»: «l’amour, sans la jalousie, n’est pas l’amour». Ca donne à réfléchir…!? M.kADA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com