«Le Quotidien sur le Net»/ Un nouveau jalon sur la voie de la réussite





Certains rêves se veulent plus grands que la valeur des temps. Ils résistent à l’usure des années pour être un hommage posthume et une allègre reconnaissance à ceux qui les ont initiés. La naissance, aujourd’hui, des sites web du Quotidien et de notre consœur Achourouk se veut la consécration d’un rêve qui a toujours hanté le Doyen de Dar Anwaar, feu Slaheddine El Amri qui a su voler, de son vivant, de succès en succès, créant la tradition de réussite et l’égrainant au cœur de tous ceux qui l’ont côtoyé. En grand journaliste, le Doyen de Dar Anwaar n’a jamais cessé de rêver. Les réussites successives qui ont jalonné sa carrière, lui laissaient suffisamment de force pour espérer vivre ses rêves, les exaucer et ... continuer à ambitionner. C’est ainsi qu’une entreprise de presse, telle Dar Anwaar, qui rayonne aujourd’hui tant à l’échelle nationale qu’arabe, est née d’un rêve auquel seul son initiateur croyait. Cela a commencé par le journal «Al Anwaar», qui a vite donné lieu à un nouveau jalon, celui du quotidien «Achourouk». Comme un succès en appelle un autre, un hebdomadaire vient aussitôt consolider la présence de Dar Anwaar sur la scène médiatique nationale. Mais pour Si Slah qui a fait du journalisme son sacerdoce et sa raison d’être, le rêve ne pouvait s’arrêter en si bon chemin. De nouveaux rêves continuaient à motiver constamment l’âme du Maître. Ce fut alors «Le Quotidien», premier journal d’expression française de la boîte et dernier rêve que le Doyen de Dar Anwaar a concrétisé de son vivant. * Plus grand était le rêve Mais des rêves, Si Slah en avait à en revendre. Le chapelet des ambitions avait d’autres grains. Ceux du renforcement du rayonnement de Dar Anwaar, par une présence sur le Net qui mettra les deux quotidiens, «Achourouk» et «Le Quotidien», au diapason des dernières mutations technologiques qui ont marqué le monde de la presse. Et c’est aujourd’hui chose faite. «Le Quotidien» et «Achourouk» viennent de se doter aujourd’hui de nouveaux supports qui les rapprochent davantage de leurs lecteurs. C’est en signe de reconnaissance au Maître, au Patron et au collègue, que l’ensemble de Dar Anwaar se félicite aujourd’hui de ce nouvel acquis dont le rêve grandiose et avant-gardiste du Doyen a facilité la naissance.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com