Après le scandale d’Abou Ghraib : Guantanamogate





Des agents du FBI ont été témoins d'interrogatoires "très agressifs" et de mauvais traitements infligés à des prisonniers détenus sur la base américaine de Guantanamo (Cuba) à partir de 2002. Le Quotidien-Agences Dans une lettre, l'agent du FBI Thomas Harrington, qui a dirigé une mission d'enquête à Guantanamo, relate plusieurs incidents. Lors d'un interrogatoire, un agent du FBI a ainsi vu une femme saisir les parties génitales d'un prisonnier et lui tordre les pouces. Un autre agent a également vu des interrogateurs utiliser un chien pour effrayer un détenu. Celui-ci a ensuite été placé en isolement pendant trois mois et montrait les signes d'un "traumatisme psychologique extrême" à sa sortie. Enfin, un Marine a déclaré à un observateur du FBI que certains prisonniers ont achevé leur interrogatoire, "recroquevillés en position foetale au sol, à crier de douleur". L'agent Thomas Harrington a envoyé ce courrier, daté du 14 juillet 2004, au général Donald Ryder, responsable des enquêtes sur des mauvais traitements infligés dans des prisons américaines en Afghanistan, en Irak ou à Guantanamo. Selon lui, des responsables du FBI se sont plaints de l'existence de mauvais traitements aux avocats du département américain de la Défense en janvier 2003, mais il semble que rien n'ait été fait. Trois des quatre exemples d'abus relatés dans la lettre se sont produits sous le commandement du général Geoffrey Miller, qui a dirigé la prison de Guantanamo d'octobre 2002 à mars 2004, avant de partir officier à la prison d'Abou Ghraib, en banlieue de Bagdad. Le général Miller a été réassigné au Pentagone depuis le mois dernier. Aucune des personnes citées dans la lettre ne travaille encore à Guantanamo, selon un porte-parole de la base, et il difficile de savoir si des mesures disciplinaires ont été prises. Le courrier n'identifie les interrogateurs militaires que par leur nom et leur grade.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com