Palais Kheireddine : Séjours croisés, amour partagé !





“Impressions croisées” est le florilège des projets artistiques réalisés par des photographes et des peintres tunisiens et suisses dans le cadre de l’échange culturel, Sud-Nord / Nord-Sud et en particulier entre la Tunisie et la Suisse. Un nouveau pont pour promouvoir le dialogue des civilisations ! Ils ont choisi de marquer la célébration du dixième anniversaire des échanges artistiques entre les deux pays par une exposition reflétant les diverses impressions et sentiments qui ont ponctué leurs séjours en Tunisie. Quinze artistes de divers horizons ont bénéficié de cette ambiance de dialogue et de l’ouverture sur d’autres cultures. Hamadi Ben Saâd, Mahmoud Chalbi, Fatma Charfi, Fadoua Dagdoug, Yasser Jradi, Tahar M’Guedmini, Asma M’naouar, Abdelhamid Thabouti et Hédi Turki de la Tunisie alors que de l’autre rive, c'est Rachel Hegnauer, Christian Helmle, Isabel Huttner, Peter Polin, Verena Schwab et Tatiana Witte qui ont eu l’occasion de se réchauffer le cœur par notre soleil et d’alimenter leurs œuvres par sa lumière. Les empreintes de ces séjours sont déjà claires dans les œuvres des artistes pendant cette période et par la suite. Pour les uns, cette expérience a été une aubaine pour étudier et examiner de près les différentes composantes de notre identité et c’est d’ailleurs le cas de l’artiste Hamadi Ben Saâd. C’est depuis 1975 que “Si” Hamadi expose. A son actif plusieurs grandes expositions nationales et internationales; mais pour ce peintre rien n’a changé surtout en ce qui concerne son attachement à l’Afrique. Après des séjours en 1997 à Bourgdorf (Suisse). “Si” Hamadi a continué sur sa lancée. Ses séjours n’étaient qu’une occasion propice pour se plonger au fond de lui-même à la recherche d’autres images... plus africaines. Et c’est le cas aussi de l’artiste Tahar M’Guedmini qui a choisi de revisiter le souk des tissus à travers sa toile “Sans titre”. Dans cette œuvre, T. M’Guedmini a essayé de fusionner quelques composantes de l’expérience picturale suisse et celle de l’expérience picturale tunisienne “Mare Nostrum” de Asma M’naouar et “Colline rose” de Hédi Turki sont une fenêtre ouverte sur d’autres couleurs. Et si Asma M’naouar a opté pour l’histoire de la Méditerranée afin de mettre en exergue sa richesse culturelle, sa valeur et son importance sur le plan du dialogue culturel, “Am” Hédi Turki impressionné par la nature suisse et par la verdure des prés, nous a offert “Colline rose”. Tableau à dominante verte qui reflète l’une des caractéristiques de la Suisse mais aussi de la Tunisie, un point commun entre les deux pays. Pour les Suisses, descendants de Paul Klee, l’expérience leur a permis de nourrir leurs toiles d’autres couleurs plus chaudes et vivantes. Isabel Huttner, qui a séjourné pendant quatre mois au Centre d’Art Vivant à Radès, a trouvé dans le Sud, une source d’inspiration inépuisable. “Désert au Sud Tunisien” traduit cette fascination. “Installation” de Tatiana Witte qui a été en 2001 en Tunisie est une lettre d’amour ouverte à tous les produits de l’artisanat. Faïence, motifs de tapis, tissages... se croisent dans cette œuvre qui puise son inspiration dans le patrimoine tunisien. A découvrir jusqu’au 31 du mois courant au Palais Kheireddine. Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com