USA : Le quatrième pouvoir défie Washington





Le Quotidien-Agences Plusieurs journalistes américains sont menacés de peines d'emprisonnement pour avoir refusé de se conformer à des décisions de justice leur intimant l'ordre de révéler l'identité de leurs sources. L'affaire a éclaté après le dévoilement au grand jour du nom d'un agent de la CIA, Valerie Plame, il y a seize mois, alors que normalement ces agents restent dans l'anonymat toute leur vie durant. A l'époque, les médias avaient dénoncé cette fuite comme une mesure de représailles de la part de membres de l'administration de George W. Bush en raison des critiques formulées par l'époux de Plame, l'ancien ambassadeur américain Joseph Wilson, contre la guerre en Irak. Mais, ce que les médias n'avaient pas prévu, c'est que l'enquête qui s'en est suivie se retournerait contre la presse. Ainsi, deux journalistes, Matthew Cooper de Time Magazine, et Judith Miller du New York Times, risquent dix-huit mois de prison pour avoir refusé de livrer à la justice les noms de certaines de leurs sources confidentielles concernant l'affaire Plame. Un ordre d'incarcération à leur encontre a été prononcé par un juge en octobre. Matthew Cooper a également été condamné à payer une amende de 1.000 dollars par jour pendant 18 mois. Les deux journalistes ayant fait appel, leurs sanctions ont été suspendues. "Pour moi, la question centrale est qu'aux Etats-Unis aucun journaliste ne devrait risquer d'aller en prison pour avoir fait son travail", s'est défendu Cooper.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com