M. Anatoly Egorin : Considération à l’expérience tunisienne en matière de tolérance et de solidarité





Carthage-TAP M. Anatoly Egorin, président de l’Association russe pour la solidarité et la coopération avec les peuples d’Asie et d’Afrique, auquel le Président Zine El Abidine Ben Ali a décerné le Prix du Président de la République pour la solidarité mondiale, au titre de l’année 2004, a prononcé, hier, au cours d’une cérémonie tenue à l’occasion de la célébration du 56ème anniversaire de la déclaration universelle des Droits de l’homme, une allocution dans laquelle il s’est dit fier de cette consécration. Le Pr Egorin a souligné que cette distinction qui lui a échu et qui est attribuée pour la première fois, à l’heure où la Tunisie célèbre avec l’ensemble de la Communauté internationale ce 56ème anniversaire, est venue confirmer la foi de la Tunisie en les valeurs des Droits de l’homme. Le Président Ben Ali, a-t-il ajouté, a fondé son approche en la matière sur un dispositif cohérent de valeurs humanitaires, au premier rang desquelles figurent les valeurs de solidarité, de tolérance, de justice et de démocratie. L’objectif en est de garantir au peuple tunisien tous les attributs de modernité, d’ouverture et de progrès, et d’enraciner chez lui la culture de tolérance et de solidarité,ce qui constitue une caractéristique marquante de la politique du Chef de l’Etat visant à réaliser la justice et à assurer l’égalité des chances entre tous et le développement intégral. Après avoir salué les importantes réalisations accomplies par le Fonds de solidarité nationale qui ont permis d’améliorer le niveau de vie des catégories de condition modeste, il a mis en relief la grande considération dont est l’objet l’expérience tunisienne dans ce domaine, notamment après l’adoption par l’assemblée générale des Nations unies de l’initiative du Président Zine El Abidine Ben Ali en faveur de la création d’un Fonds mondial de solidarité, en tant que mécanisme de soutien aux efforts de la Communauté internationale pour réduire la pauvreté et les disparités entre les peuples. M. Egorin a, en conclusion, mis l’accent sur l’importance majeure que revêt la chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions dans la diffusion des valeurs de tolérance et de coexistence, et dans l’éradication de la haine, des conflits et du finatisme, relevant l’harmonie totale de ces valeurs avec les principes et les initiatives de son pays en la matière.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com