C.A – C.S.H.L (3 – 1) : A chacun sa mi-temps !





Véritablement revigorés et tout a fait métamorphosés depuis l’avènement de Nabil Maâloul, euphoriques une semaine auparavant face à E.G.S.G. et prenant très au sérieux leur adversaire pour avoir fait des siennes tout au long de l’histoire de la Coupe, les Clubistes ont entamé la rencontre sur les chapeaux de roue, décidés à ne laisser aucune chance aux Hammam-Lifois. Fidèle à ses conceptions tactiques, le coach clubiste a renforcé son milieu dans l’intention bien évidente de déverrouiller le bloc conçu par son collègue banlieusard qui a préféré jouer la prudence d’entrée, sans pour autant négliger le secteur offensif puisqu’il a placé Sebaï et Silla aux avant-postes pour profiter de la moindre occasion. Les choix de Maâloul vont s’avérer plus heureux et surtout payants. Pour preuve, les Clubistes ont acculé leur vis-à-vis dans leurs derniers retranchements, mutipliant les tentatives dont l’une allait amener le premier but de Mouelhi (13’) déviant de la tête le beau centrage de son partenaire Wissem Ben Yahia lequel a profité d’un renvoi à “la sauvette” de la défense adverse. Encouragés par cette entrée en matière pour ainsi dire foudroyante, “les “Rouge et Blanc” ont continué de plus belle pour corser la note grâce à un deuxième but œuvre de Nabil Missaoui, tirant profit et du du flottement de l’arrière-garde hammam-lifoise et de l’hésitation du gardien Ben Thabet (26’). Certes, les Banlieusards sont partis à l’attaque, mais sans conviction, ayant manifestement accusé le coup, ne s’offrant finalement qu’une seule opportunité de réduire le score sur une balle arrêtée de Ben Abdalkader, sauvée sur la ligne par Maher Zitoun (32’). * Le cas Adjei ! Au summum de la domination clubiste, les “Verts” n’ont pas manqué de mener quelques rares offensives qui ont mis à rude épreuve les partenaires de Pape Touré, par la faute essentiellement de Sami Adjei qui s’est montré particulièrement hésitant, sinon maladroit dans ses interventions. La meilleure illustration des maladresses du gardien clubiste, de plus en plus contesté par les supporters, est intervenue quelques minutes après l’entame de la seconde mi-temps lorsqu'il a renvoyé le coup franc de Ben Abdelkader dans les pieds de Bouthouri qui ne s’est pas fait prier pour accrocher la distance. La preuve était dès lors faite, confortant les observateurs dans leur conviction, celle de croire que Sami Adjei n’a pas l’envergure du prestigieux club tunisois. Et si le C.A s’en est sorti à bon compte en seconde période, dominée par les visiteurs, c’est plutôt grâce à la maladresse des avants de l’équipe banlieusarde qui se sont ingéniés à rater toutes les opportunités qui se sont présentées. Curieusement en effet, les Clubistes ont cédé la manœuvre à leurs adversaires, lesquels n’ont pu tirer profit de leur totale domination, se faisant même surprendre sur la fin par un troisième but, lorsque Dramane Traoré est allé harceler Moëz Ben Thabet dans sa propre zone l’acculant à commettre la faute, avant de subtiliser la balle et offrir le but de la délivrance à Nabil Missaoui (88’), c’est-à-dire au moment où le but chauffait dans l’autre zone ! Mansour AMARA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com