Barnier : Le P.O., un «test» pour les relations transatlantiques





Washington-AFP Le ministre français des Affaires étrangères Michel Barnier a appelé mercredi à un effort conjugué des Etats-Unis et de l'Europe pour relancer le processus de paix israélo-palestinien, qui constitue pour lui un "test" pour les relations transatlantiques. Barnier, premier responsable français de haut niveau à se rendre à Washington depuis la réélection du président George W. Bush le 2 novembre, s'est entretenu avec le secrétaire d'Etat sortant Colin Powell et son successeur désigné, la conseillère pour la sécurité nationale Condoleezza Rice. "Nous voulons regarder devant nous dans nos relations entre Français et Américains, et entre Européens et Américains", après les tensions provoquées en particulier par la guerre en Irak, a déclaré Barnier à la presse. "Je pense qu'au cœur de cette relation euro-atlantique renforcée, il y a notre capacité à mettre en route le processus de paix entre Palestiniens et Israéliens" a-t-il ajouté, en parlant de "test" pour consolider les liens euro-américains. Powell, pour sa part, a affirmé ne pas avoir discuté de la tenue d'une conférence internationale sur le Proche-Orient, une idée relancée lundi par Barnier dans un entretien au journal Le Parisien mais vis-à-vis de laquelle Washington s'est déjà montré très tiède ces dernières semaines. Le chef de la diplomatie américaine a mis l'accent sur la nécessité que les élections palestiniennes du 9 janvier se tiennent dans de bonnes conditions, et qu'Israël fasse preuve de "flexibilité et de coopération" pour l'organisation de ce scrutin. Barnier a aussi reconnu que les Etats-Unis faisaient toujours preuve de "scepticisme" face aux négociations menées par Paris, Londres et Berlin avec Téhéran sur le programme nucléaire iranien. "Il est vrai que les Américains regardent notre médiation, notre discussion (avec l'Iran) avec du scepticisme, avec de la vigilance", a-t-il déclaré, tout en soulignant que "la voie politique est la bonne voie" pour négocier avec l'Iran le renoncement à toute ambition nucléaire militaire. "Nous avons besoin du regard, du soutien, de l'accompagnement des Etats-Unis" dans cet effort, a-t-il ajouté à l'issue de cette visite de quelques heures dans la capitale américaine.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com