Deux oléoducs irakiens attaqués : La Résistance change de cible





Les installations pétrolières irakiennes ont été frappées à cinq reprises en 24 heures après l'appel lancé jeudi soir par Oussama Ben Laden à frapper ces infrastructures vitales pour l'économie du pays. Le Quotidien-Agences Deux oléoducs ont été attaqués hier matin au nord de Bagdad. Le premier a eu lieu à l’aube. «Des inconnus ont fait exploser un oléoduc au niveau de Fatha, à 85 km à l'ouest de Kirkouk", a déclaré un responsable de la sécurité des infrastructures pétrolières à Kirkouk qui a requis l'anonymat. Il a précisé que cet oléoduc relie Kirkouk à la raffinerie de Baïji et que l'incendie s'est arrêté de lui-même en raison du peu de pétrole circulant dans l'oléoduc. "Cet oléoduc avait déjà été attaqué hier soir au même endroit", a-t-il dit. Une heure plus tard, un autre sabotage s'est produit plus au sud. "Un sabotage a eu lieu ce matin sur un oléoduc à Dijla", a indiqué Majid Mamnoum, le directeur du réseau des oléoducs de Baïji. La veille, deux oléoducs avaient été attaqués au sud et au nord de Bagdad. Celui du nord a été revendiqué par le groupe l’islamiste Abou Moussab al-Zarqaoui, qui a prêté allégeance à Oussama Ben Laden, chef de l'organisation Al-Qaïda. Selon le porte-parole du ministère du Pétrole Jihad Assem, vendredi soir "l'oléoduc acheminant le pétrole du sud à (la raffinerie de) Daura a été attaqué au niveau de localité d'Al-Rachid, près de Youssoufiyah". "Un grand incendie s'est produit, suspendant l'arrivée du pétrole (à la raffinerie de) Daura. La production des dérivés pétroliers a été stoppée alors qu'elle venait de redémarrer après 17 jours d'arrêt dû à un autre sabotage", a-t-il affirmé. "Le même soir, à proximité de Baïji, il y a eu un autre sabotage sur un oléoduc acheminant les dérivés pétroliers de la raffinerie vers divers réservoirs à Bagdad" a-t-il ajouté. * Les recommandations de Ben Laden L'attaque avait été revendiquée par l'Organisation d'Al-Qaïda au pays du Rafidaïn (la Mésopotamie) de Zarqaoui, dans un communiqué dont l'authenticité est invérifiable. Ce texte, distribué à Baïji, indique que des combattants du groupe avaient fait exploser un oléoduc proche de la ville en application des directives du "commandant suprême Oussama Ben Laden". Ce dernier a appelé, dans un message audio diffusé jeudi par internet, à attaquer les installations pétrolières en Irak et en Arabie saoudite, son pays d'origine. "Il y a intensification des opérations de sabotage des puits et des infrastructures pétrolières. Ces actes terroristes, qui surviennent en même temps que les menaces de Ben Laden, visent à priver le citoyen des dérivés du pétrole pour que la crise devienne plus aiguë", a ajouté Assem. "Ces actes font perdre aux Irakiens des centaines de millions de dollars", a-t-il ajouté. * La Résistance continue A Mossoul, un Irakien a été tué et huit autres ont été blessés hier lorsqu'un engin piégé a explosé au passage d'une patrouille américaine. Pour sa part, le porte-parole de la Task Force Olympia, qui opère à Mossoul, a affirmé qu'un engin avait explosé au passage d'une patrouille de la Force multinationale (FMN) vers 07h45 (04h45 GMT). "Un bus scolaire a été atteint. Personne n'a été touché dans les rangs de la FMN. Un (résistant) a été tué", a indiqué le lieutenant-colonel Paul Hastings. A Ramadi, trois personnes ont été tués et deux autres blessés hier lors d’affrontements entre des résistants et forces américaines. Par ailleurs, l’ambassade américaine à Bagdad a annoncé hier qu’un citoyen américain a été enlevé il y a six semaines à Bagdad et a demandé sa libération immédiate. «Nous pouvons confirmer que Roy Hallum a été enlevé début novembre à Bagdad et nous partons du principe qu’il est toujours en vie. Nous faisons tout pour assurer sa libération, dénonçons cet acte méprisable et appelons les terroristes à le libérer et à répondre devant la justice», a affirmé le porte-parole de la légation américaine. _______________ Les Chiites refusent la polémique Sur le plan polémique, le chef de la liste chiite aux élections irakiennes du 30 janvier, Abdel Aziz Hakim, a refusé de polémiquer avec le ministre de la Défense Hazem Chaâlane sur les ingérences iraniennes en Irak. «Nous nous attendions à ce genre de déclarations irresponsables et imprécises et nous ne voulons pas de polémique», a déclaré Hakim, après avoir rencontré à Najaf, dans la nuit de vendredi à samedi le grand Ayatollah Ali Sistani qui a donné sa bénédiction à la liste. «Nous faisons confiance au peuple pour qu’il donne sa voix à ceux parmi les candidats qui sont soutenus par leurs dirigeants religieux», a-t-il dit.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com