L’accord enfin rédigé : Les Travaillistes à la rescousse de Sharon





Le Likoud d'Ariel Sharon et les Travaillistes s'apprêtaient hier à former un gouvernement d'union nationale qui devrait permettre au Premier ministre israélien de mettre en œuvre son plan de retrait de Gaza. Le Quotidien-Agences Des négociateurs des deux parties ont dû se retrouver hier soir pour peaufiner et rédiger l'accord d'union nationale, dont la conclusion avait été annoncée avant-hier. L'accord doit être formellement signé aujourd’hui. La composition de ce cinquième cabinet d'union nationale de l'histoire d'Israël, au sein duquel les Travaillistes auront huit ministres, dont deux sans portefeuille, devra être connue jeudi. Auparavant, le comité central du parti travailliste se réunira demain et mercredi pour désigner ses futurs ministres. L'un des portefeuilles attribués aux Travaillistes sera confié à leur chef Shimon Pérès, qui deviendra "vice-Premier ministre au bureau du Premier ministre", un poste dont les prérogatives restent à définir. Les cinq autres portefeuilles destinés aux Travaillistes sont, l'Intérieur, l'Habitat et la Construction, les Infrastructures, le Tourisme, et les Télécommunications. Trois autres Travaillistes seront nommés vice-ministres. Actuellement, Sharon gouverne en s'appuyant seulement sur les 40 élus du Likoud (sur 120 députés à la Knesset), après avoir été abandonné par plusieurs formations hostiles au plan de retrait de la Bande de Gaza ou à sa politique socio-économique. Le parti travailliste ne comptant que 19 députés, Sharon devra, pour avoir une majorité, rallier aussi à la coalition une petite formation religieuse disposant de cinq élus, le Judaïsme unifié de la Torah. Il s'agira du deuxième cabinet d'union nationale dirigé par Sharon depuis son élection au poste de Premier ministre en février 2001. Le premier, formé au lendemain de l'élection de Sharon, s’était effondré en octobre 2002 avec la démission des six membres travaillistes, protestant contre les crédits alloués aux colonies. Les Travaillistes ont accepté de rallier de nouveau le cabinet Sharon pour lui permettre de mettre en œuvre son "plan de désengagement" qui prévoit un retrait unilatéral de la Bande de Gaza en 2005 et de quatre colonies isolées du nord de la Cisjordanie.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com