PSL : Le consensus autour de M. Béji s’affaiblit…





Sauf tractations de dernières minutes, deux listes seront en lice au cours du prochain Congrès du Parti social libéral. C’est qu’un front de mécontents opposés à la «politique du bâton et de la carotte», dont ils accusent le président de cette formation politique d’opposition s’est formé afin de replacer les rames sur les rails par des moyens démocratiques... Tunis-Le Quotidien Décidément, le Parti social libéral (PSL) n’a pas encore quitté la zone de fortes turbulences en dépit du fait que les tribunaux aient «blanchi» M. Mounir Béji, président du Parti, accusé par les libéraux mécontents de mauvaise gestion financière et administrative des affaires du Parti. Bon nombre de militants qui faisaient partie du camp de M. Béji lui ont faussé compagnie. Ces militants reprochent au président du Parti plusieurs dépassements tels que la désignation de Mme Sihem Jaber, épouse de M. Béji, membre du Bureau politique chargée de l’organisation des femmes libérales et des déclarations relatives à la tenue du Congrès du Parti à Londres et l’accusent d’être à l’origine des résultats négatifs du Parti au cours des dernières élections présidentielle et législatives. M. Hosni Lahmar, porte-parole des mécontents qui préfèrent agir dans le cadre des structures du Parti, affirme que les contestataires qui «ont fermé les yeux longtemps sur les atteintes au règlement intérieur du Parti et l’exclusion illégale des mécontents dans le cadre de la politique du bâton et de la carotte vont sortir de leur mutisme pour replacer les rames du Parti sur les rails de la démocratie». Le secrétaire général du PSL précise que les contestataires «présenteront une liste qui sera en compétition contre la liste du président du Parti au cours du prochain Congrès prévu pour le mois de mars prochain». Et d’ajouter : «C'est notre droit. Nous avons une stratégie pour injecter du sang neuf à l’unique formation politique purement libérale dans nos murs car nous croyons que la démocratie ne peut se consolider que par le biais d’une opposition forte et crédible». M. Lahmar n’a pas daigné, cependant, révéler les noms des militants figurant sur la deuxième liste et s’est contenté de préciser qu’elle se compose de «cinq actuels membres du Bureau politique et d’autres militants sincères». Les observateurs avertis estiment que la liste représentant les membres du Bureau politique rendu public par M. Mounir Béji a été la goutte qui a fait déborder le vase puisque M. Hosni Lahmar n’en fait pas partie. De nombreux libéraux ont appelé le président du Parti à maintes reprises à passer le flambeau aux jeunes cadres et proposé à M. Béji le poste de président d’honneur, chose qui pourrait être à l’origine du soutien de la base à la liste des mécontents. Certains observateurs rompus aux pratiques électorales pensent, toutefois, que le président du Parti semble avoir plusieurs cordes à son arc pour «neutraliser» ses rivaux... W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com