Au Quatrième Art : Belle moisson, beau spectacle





A l’occasion de son premier anniversaire, l’Ecole Nationale des Arts du Cirque de Tunis (ENACT), en collaboration avec le Théâtre National, a présenté encore une fois avant-hier soir à l’espace “Quatrième Art” de Tunis son spectacle: “Belle Moisson”. Fantastique, splendide, tels sont les superlatifs élogieux avec lesquels on peut décrire les différents tableaux de ce spectacle qui n’a pourtant duré que trente minutes. Placé sous l’égide du ministre de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, M. Mohamed Aziz Ben Achour, et en présence de nombreux représentants des Organismes onusiens et des représentations diplomatiques accréditées à Tunis, le spectacle a été une occasion pour les 12 élèves de l’ENACT de démontrer leur talent de danseurs et d’acrobates dans l’art du cirque artistique. C’est vers 19h20 que Mohamed Driss, directeur du Théâtre National et scénariste de la “Belle Moisson” monta sur scène pour souhaiter la bienvenue à l’assistance, avant de présenter brièvement, le bilan de la première année de l’ENACT. “Belle Moisson”, a-t-il précisé, a été présentée à 25 reprises dont 8 durant l’été dernier dans le cadre de la tournée de la Caravane du millénaire, à travers huit gouvernorats de la Tunisie, à savoir Tunis, Nabeul, Zaghouan, Mahdia, Kairouan, Kasserine, Sidi Bouzid et le Kef du 12 au 19 août dernier. “Spectacle original” Pour revenir au spectacle proprement dit, disons que cette œuvre est la première en son genre, réalisée par l’ENACT. Conçue grâce à un scénario de Mohamed Driss et d’une chorégraphie de Gilles Baron, “Belle Moisson” est un spectacle original au sein duquel chacun des douze acteurs a joué un rôle spécifique, bien fignolé et soigneusement adapté à sa morphologie physique et à ses compétences artistiques et sportives. Certains de ces artistes à l’instar de Abdelkader Jendoubi, Yamen Abidi, sont spécialisés dans l’exécution du “Mât chinois”, tandis que Wassim Belgaid, Faten Jebali, entre autres, se sont spécialisés dans l’exécution de l’art du trapèze. Inès Derbali et Malek Zouidi, eux, sont de véritables “soucoupes volantes” ayant pour tâche de jouer le rôle du “Tissu aérien”. Il en est de même pour Mohamed Djebbi, chargé du “Fil aérien”. Grâce à des extraits musicaux de Hammadi Ben Othmane, lesquels constituent le leitmotiv des différents tableaux, chaque artiste a pu soigneusement s’acquitter avec succès de sa tâche sur la scène du “Quatrième Art”, dans un décor soigneusement concocté. Le timing de chaque tableau et de chaque geste a été respecté avec un grand professionnalisme, ce qui témoigne de l’habileté et du sérieux des élèves-artistes de l’ENACT. “Depuis une année, ils s’entraînent à raison de huit heures par jour et ce durant toute la semaine”, précise Férid Elmi, directeur de l’ENACT. Le moins que l’on puisse dire, c’est que “Belle Moisson” a émerveillé le public et répondu aux attentes des passionnés de l’art du cirque. Une discipline que l’ENACT, en collaboration avec le Théâtre Municipal, est en train d’ancrer avec succès dans les traditions culturelles nationales. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com