Selon le Hamas : «Abbas tente de se vendre à l’occident»





Le jour même où le chef de l’OLP, Mahmoud Abbas, entamait sa campagne électorale pour la présidentielle palestinienne, l’un des principaux chefs du Hamas l’a accusé de vouloir «se vendre à l’Occident» tout en rejetant la «démilitarisation» de l’Intifadha. Le Quotidien-Agences L’un des principaux dirigeants du Mouvement palestinien Hamas, Mahmoud Zahar, a rejeté la «démilitarisation» de l’Intifadha palestinienne réclamée par le nouveau chef de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) Mahmoud Abbas. Dans un entretien publié par le quotidien égyptien Al-Ahram, Zahar a affirmé que la position du Hamas «n’a pas changé» concernant l’appel à la «démilitarisation» de l’Intifadha de Mahmoud Abbas, candidat du Fatah à la succession de Yasser Arafat à la tête de l’Autorité palestinienne. «Cette position continue à être exprimée sur le terrain», a ajouté Zahar, faisant ainsi allusion à la poursuite des opérations armées du Hamas dans les Territoires palestiniens occupés. Zahar a estimé que Abbas «tente de se vendre à l’Occident» par ses appels à abandonner les armes. «Ce que nous entendons de la direction palestinienne comporte des contradictions. D’une part, elle estime que le rapport de force n’est pas en sa faveur pour des négociations (avec Israël) et d’autre part elle demande aux Palestiniens d'abandonner les moyens d’autodéfense, qui ont prouvé leur efficacité», a dit Zahar. Le dirigeant du Hamas a affirmé que c’est «la résistance qui a poussé le Premier ministre israélien Ariel Sharon à effectuer un retrait de Gaza et du nord de la Cisjordanie», dans une allusion au plan de retrait unilatéral d’Israël de ces zones, prévu en 2005. «Si la direction palestinienne avait dépensé autant pour acquérir des armes que pour participer à des négociations, cela aurait été mieux pour le peuple palestinien», a-t-il ajouté, en soulignant que le règlement proposé aux Palestiniens actuellement «ne répond pas au minimum» de leurs revendications. * Abbas tient son premier meeting Ces accusations interviennent au moment où le chef de l'OLP Mahmoud Abbas, grand favori pour succéder le 9 janvier à Yasser Arafat à la tête de l'Autorité palestinienne, tenait hier un premier meeting à Ariha, signalant le coup d'envoi d'une tournée électorale en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Les Palestiniens doivent être unis pour “mettre fin à l’abjecte occupation”, a déclaré Abbas, lors de ce meeting. L’occupation, les restrictions, le mur de l’Apartheid, l’oppression, les tueries, les assassinats sont nos ennemis communs et nous devons être unis pour mettre fin à l’abjecte occupation “, a déclaré Abbas, stigmatisant l’occupation israélienne des Territoires palestiniens de Cisjordanie et Gaza. “Nous sommes proches aujourd’hui du 40ème Anniversaire de la Révolution (palestinienne) conduite par le défunt dirigeant Yasser Arafat qui a consacré sa vie à la cause de notre peuple et nous a quittés avant d’avoir pu réaliser son rêve. Notre révolution ne prendra pas fin avant que ses objectifs ne soient réalisés”, a-t-il ajouté devant plus de 2.000 personnes réunies dans un stade de la ville. Le souvenir d’Abou Ammar (nom de guerre d’Arafat) est toujours dans nos cœurs et nous continuerons à marcher dans la voie qu’il a tracée”, a-t-il poursuivi en faisant l’apologie du chef historique palestinien à qui il semble assuré de succéder à la tête de l’Autorité palestinienne. ________________ Aide U.S. de 20 millions de dollars Le Quotidien — Agences Les Etats-Unis ont débloqué hier une aide de 20 millions de dollars à l’Autorité palestinienne pour aider au financement de l’élection présidentielle du 9 janvier, a annoncé l’ambassade américaine à Tel-Aviv. «Cette somme ne servira pas seulement à parer aux besoins budgétaires les plus pressés de l’autorité palestinienne mais aidera le nouveau gouvernement à aller de l’avant dans son programme de réformes et à préparer l’élection» qui désignera le successeur de Yasser Arafat. Le sous-secrétaire d’Etat américain chargé du Proche-Orient, William Burns, avait annoncé début décembre à Oslo la décision du président américain George W. Bush de débloquer 20 millions de dollars pour aider l’Autorité palestinienne, en proie à de graves problèmes financiers, à résoudre ses difficultés budgétaires.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com