Des analystes arabes : La nomination de Rice, un signe de durcissement





Le Quotidien-Agences La nomination de Condoleezza Rice à la tête du département d'Etat en remplacement de Colin Powell est redoutée par des analystes arabes comme le signe du durcissement de la politique américaine au Proche-Orient. "Je crains que le départ de Colin Powell et son remplacement par Condoleezza Rice ne signifie que le second mandat de Bush soit celui des faucons", a affirmé le politologue égyptien Hassan Nafaa, professeur à l'Institut d'études politiques du Caire. "Rice est plus dure que Powell. Elle est aussi plus proche de Bush et celle qui est la mieux à même de traduire sa pensée", relève-t-il, en soulignant toutefois que Rice ne fait pas partie du "clan des faucons", dirigé par le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld. "Je crains aussi, étant spécialiste plutôt de la Russie et n'ayant aucune connaissance particulière du Proche-Orient, que Rice ne soit influencée par les politiques précédentes" de l'Administration américaine et "qu'elle ne puisse pas innover", ajoute Nafaa. Emad Gad, analyste du centre d'études stratégiques d'Al-Ahram, estime que la démission de Powell "est une perte" pour les Arabes et pour le Proche-Orient. L'arrivée de Rice au département d'Etat "consolidera les néo-conservateurs (aile droite de l'Administration Bush), avec des effets négatifs sur la politique américaine concernant notamment la Palestine", dit-il. "On peut prévoir un net durcissement de la politique américaine" au Proche-Orient, poursuit Gad, qui s'attend à l'apparition, pendant le second mandat de Bush de "grands problèmes entre Washington d'un côté, la Syrie, le Soudan et les Palestiniens, de l'autre". "La ligne politique de Rice sera proche de celle de Rumsfeld", selon lui. "Avec l'Egypte, Rice saura faire preuve de réalisme", relève cependant Gad, qui prévoit que la nouvelle secrétaire d'Etat "fera pression sur l'Egypte sur certains dossiers", mais qu'elle "fera sans doute attention à ne pas aller trop loin".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com