Félicitations de l’Aïd : Ils le disent par S.M.S





Fêter l’Aïd, certainement oui. Mais l’occasion ne peut en aucun cas avoir un aspect 100% traditionnel. Pour dire “Aïd Mabrouk”, la jeune gent matraque les proches et les amis avec les messages… C’est l’un des aspects “in” qu’ils emploient pour que leur Aïd soit “cool”… Tunis-Le Quotidien Fini Ramadan avec ses veillées dans les cafés sous la fumée du narguilé. La jeune gent reprend depuis Aïd El Fitr leurs habitudes du quotidien. Certains sont contraints de porter une chemise-cravate pour satisfaire leurs parents, toutefois sous le costume, il y a toujours cette même gent juvénile aux idées “in”. Ahmed Ben Mohamed, 20 ans, candidat au bac, a rempli ses “devoirs” de beau matin, le reste de la journée, le jeune homme reprend “fièrement” le cours normal de sa vie. “J’aime voir ma famille. Mais certaines traditions m’étouffent. Mon père m’impose de porter un costume et de m’occuper de mes petites sœurs lors des visites… Certains membres de la famille viennent nous rendre visite jusqu’à la veille de l’Aïd et nous devons tout de même aller les voir. Pendant tout le mois de Ramadan je m’abstiens de suivre les chaînes françaises… A la maison, on m'impose cette abstinence durant les trois jours de l’Aïd. Solution, je me branche sur mon portable pour inventer le plus drôle des S.S.M et dans une fraction de secondes ma boîte de messagerie ressemble à un catalogue de blagues”, dit-il. Ahmed trouve d’ailleurs très amusant de faire de cet engin un moyen de divertissement. Le cellulaire ressemble dès lors à un “2 en 1” qui transmet à la fois les vœux et la bonne humeur. J’ai reçu un message sympathique de l’un de mes amis “D’un cœur Farhane, à un cœur méliane bettakwa wal imen, inchallah bel Aïd dima ferhane”. En fait, cela fait plaisir surtout que les jeunes doivent donner la priorité à la famille. Ces short messages nous rendent le sourire”, ajoute-t-il. Idem pour Maha Mrabet, 18 ans qui garde la maison le premier jour de l’Aïd pour recevoir avec sa mère les invités… Ce sont les messages téléphoniques qui l’évadent un peu d’une ambiance pleinement familiale. “Je dois être bien habillée de bonne heure et prête à recevoir les invités… Parfois j’ai l’impression d’être une hôtesse d’accueil… Avec cette frilosité qui a insisté à pointer son nez, les invités se sont faits rares… Comment donc passer cette journée quelque part “Trop longue”: SOS cellulaire. Je me suis mise à inventer des messages de vœux qui riment… Certes, avec l’encombrement du réseau, cela a dû se transmettre après des heures mais je me suis amusée”, dit-elle. Pour Nour El Héni, un élève de 18 ans qui n’apprécie pas trop ces “lois” de l’Aïd, le portable et l’internet ont été son passe-temps pendant l’Aïd. “Depuis la veille de Ramadan, je n’ai pas chaté avec mes amis. Et comme je me sens âgé pour visiter toute la famille, je me suis contenté de rendre visite à mes grands-parents et à mes deux tantes. Après, j’ai gardé ma chambre, je me suis branché sur le Web… Il faut dire que j’ai envoyé des mails pour souhaiter un “Aïd” mabrouk à tous mes amis et mes cousins. Puis c’est mon portable qui a sonné tous les quarts d’heure. C’est notre façon, entre amis, pour souhaiter Aïd Mabrouk, et puis les messages que j’ai reçus sont aussi variés que drôles: images, poèmes, SMS cryptés à déchiffrer. Nous croyons à l’Aïd et souhaitons nos vœux à nos manières”, dit-il. Refusant qu’ils soient accusés d’être contre les traditions, Rim Bhouri, 22 ans, étudiante, trouve qu’il n’y a aucun mal à joindre la technologie aux traditions. “Ma mère me critique sans cesse quand elle entend mon cellulaire sonner. A tort, elle croit que cela ne se fait pas de souhaiter Aïd Mabrouk par S.M.S. Or, j’ai une autre vision des choses. La jeunesse d’aujourd’hui a des repères et croit aux traditions et nous savons accomplir nos devoirs tout en suivant la mode. Je fête l’Aïd, je jeûne Ramadan tout en utilisant Internet et la messagerie. D’ailleurs, je ne vois pas où est le mal. C’est “in”, c’est économique et cela transmet les vœux, toutefois, pour elle on ne peut souhaiter Aïd Mabrouk qu’en rendant visite aux proches. J’ai transmis des S.M.S à mes oncles, à mes tantes, à mes cousines et à mes amis et cela leur a fait plaisir!”, explique-t-elle. Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com