Syndicat des médecins de libre pratique : L’activité privée complémentaire au banc des accusés…





Tunis-Le Quotidien L’activité privée complémentaire donne encore et toujours du fil à retordre aux médecins de libre pratique. C’est que les abus en la matière, estiment certains, dessinent des pics et portent préjudice aux intérêts des médecins libéraux d’autant plus qu’ils constituent une concurrence déloyale. Et c’est justement pour cette raison que ce problème épineux dont souffre la profession sera de nouveau à l’ordre du jour de la commission administrative du syndicat général des médecins de libre pratique qui se tiendra le 4 décembre prochain à Tunis. Dr. Rabeh Chaïbi, secrétaire général du syndicat, précise à ce propos que l’activité privée complémentaire “régie par une autorisation délivrée par le ministère de la Santé publique à une catégorie bien déterminée de médecins, en l’occurrence les médecins hospitalo-universitaires, enregistre de nombreuses dérives”. Et d’ajouter que des médecins ne disposant pas d’autorisation de la part du ministère de tutelle s’adonnent à cette activité et que certains médecin hospitalo-universitaires exerçant dans le secteur public dépassent les horaires de l’activité privée complémentaire fixée par l’autorisation. Les médecins libéraux pourraient appeler les autorités de tutelle à prendre des mesures disciplinaires fermes à l'encontre des médecins qui s’adonnent à cet “exercice médical hybride”. La commission administrative du syndicat débattra d’autre part des nouveautés en matière de négociations relatives à la réforme de l’assurance-maladie et appellera fort probablement à accélérer la cadence des réunions de débat sur les conventions sectorielles définissant les émoluments et les actes de soins afin que la réforme puisse entrer en vigueur dans les délais impartis, à savoir le mois de juillet 2005. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com