Tunis/ Un message S.M.S. dévoile une affaire d’adultère…





Les agents de la garde nationale relevant du district de La Manouba enquêtent actuellement sur une affaire d’adultère dont la suspecte est une femme accusée par son époux d’avoir donné naissance à un nouveau-né et de l’avoir inscrit en son nom... Tunis-Le Quotidien Il y a quelques mois, l’épouse a informé son mari que son gynécologue venait de lui annoncer qu’elle était enceinte d’un fœtus âgé de six mois. Sur le coup, le mari n’a pas réagi à cette nouvelle. Il faut dire qu’il a été pris de vitesse vu que sa femme ne lui a laissé aucune chance pour comprendre quand et comment elle est tombée enceinte. Il y a lieu de préciser, justement, qu’étant malade pendant plusieurs mois, il lui était difficile de s’acquitter de ses devoirs conjugaux. Comment, dès lors, elle est tombée enceinte. Pourtant, le mari a continué à accorder le bénéfice du doute à son épouse. Il se trouve que, peut-être, il a eu un rapport avec elle et dans la mêlée, il l’aurait oublié vu son état de santé. Néanmoins, il n’a pas pu s’empêcher de s’interroger sur plusieurs points relevant du comportement de sa femme qui s’est entourée de mystère à telle enseigne qu’il n’était pas capable de deviner ce qu’elle faisait exactement à longueur de journée avec son patron. Le monsieur a, en effet, envahi leur vie offrant ses services et devenant au passage indispensable surtout aux yeux de son épouse laquelle ne se gênait guère de l’inviter à n’importe quel moment sans avoir la permission de son mari. Cette relation n’était pas pour plaire à l’époux qui, à l’annonce de la grossesse de sa femme, n’a pas écarté la thèse de l’infidélité. Et comme il n’avait aucune preuve, il n’était pas en mesure d’affronter son épouse et même pas de lui demander des explications. Quelques mois plus tard, l’épouse accoucha d’un bébé. Bien évidemment, il fut inscrit sur les registres de l’état civil au nom de l’époux. Entre-temps, un incident de taille s’est produit mettant fin au manège de l’épouse. Celle-ci a oublié, en effet, son téléphone portable à la maison. Au même moment, son patron qui était en déplacement à l’étranger lui a envoyé un message S.M.S. dans lequel, il priait de prendre soin de «sa fille». Il parlait évidemment du nouveau-né censé être l’enfant de l’époux légitime. Ce message a mis, en fait, fin au doute qui s’était emparé du mari. Il était clair en effet, que l’enfant n’était pas le sien, mais plutôt le fruit d’une liaison extra-conjugale. Il patienta alors jusqu’au retour de son épouse et fit semblant de n’être au courant de rien. L’épouse a, bien sûr, pris son téléphone portable et vérifié les appels en absence. Elle a parcouru, également, le message envoyé par son patron, mais sans afficher la moindre réaction. C’est ainsi que son époux lui a demandé ce que contenait le message en question. Faisant semblant qu’il s’agissait d’un problème de travail, elle ne s’attendait pas à ce que son époux lui balance en pleine figure ses quatre vérités. Tentant de se dérober derrière des réponses vagues, elle a décidé de quitter le foyer conjugal emportant sa fille avec elle. Il ne restait plus à l’époux que de porter plainte accusant sa femme et son patron d'adultère et de faux et usage de faux. En attendant les résultats de l’analyse A.D.N., les deux suspects continuent de nier les faits. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com