S.T. : De l’optimisme malgré les difficultés





La trêve n’a pas été bien meublée au Bardo. Par contre, elle a été utile pour régler certains problèmes techniques et…professionnels. Les Stadistes comptaient disputer un match amical contre le SAMB avant la fête de l’Aïd, mais il n’a finalement pas eu lieu. Moncef Arfaoui va devoir attendre dimanche prochain pour voir les siens retrouver la compétition. A propos du staff technique, notons qu’aucun technicien n’a encore été désigné pour remplacer Sghaïer Zouita, l’entraîneur-adjoint qui a préféré partir suite à un différend qui l’a opposé à Arfaoui. Cependant, on n’a pas tardé à remplir le vide laissé par Chokri Ben Hassine, le préparateur physique puisque deux spécialistes sont déjà sur place et ont entamé leur mission avec les Seniors. Ils auront du boulot à faire, surtout pour mettre sur pied certaines nouvelles recrues qui n’ont pas encore récupéré tous leurs moyens physiques. Côté effectif, et comme l’a fait comprendre M. Mohamed Acheb, le président stadiste, on pense déjà à renforcer le groupe au cours de la prochaine période de transferts, mais on s’attend également à voir ceux qui n’ont pas donné satisfaction faire leurs valises. * Les compteurs à zéro Lents et brouillons sur le terrain, certains joueurs stadistes se montrent plus vifs et plus motivés quand il s’agit de réclamer leurs salaires. Il y a deux semaines, ils ont menacé de faire la grève si on ne leur versait pas le salaire du mois d’octobre. Les dirigeants, soucieux de tenir parole, ont fait des acrobaties pour disposer du montant nécessaire, près de cinquante mille dinars pour les joueurs uniquement, et ont pu ainsi honorer leur engagement?. Quant aux primes de signature et autres arriérés, de nouvelles échéances ont été fixées et ça va être sûrement très dur de ramasser l’argent nécessaire si on se limite aux ressources actuelles qui ne rapportent même pas de quoi gérer le quotidien du club. Les soucis ne concernent pas les finances seulement puisque certains différends entre dirigeants persistent encore. Cette situation devient de plus en plus inquiétante, même si, du côté du bureau directeur, on affiche tout de même un optimisme mesuré. On s’attend d’ailleurs à voir certaines personnes influentes intervenir pour rapprocher les points de vue et raffermir les relations entre les différentes parties concernées. C’est le moment de penser à une union sacrée d’autant que le mois de décembre réserve à l’équipe un long marathon qui va certainement conditionner la suite du parcours et définir plus clairement les objectifs de cette saison. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com