En réponse à la conférence sur l’Irak : La Résistance menace de serrer la vis





• Le «triangle de la mort» en ligne de mire En réponse à Charm El-Cheikh, le Parti Baâth et plusieurs autres groupes de la Résistance ont menacé, hier, d’accentuer la lutte armée contre l’occupation et ce au moment où les forces américaines, britanniques et irakiennes engageaient une offensive contre le "triangle de la mort", un redoutable foyer de la Résistance en Irak Le Quotidien-Agences Le Parti Baâth irakien, clandestin, et plusieurs groupes islamistes irakiens, dont celui du Jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, ont menacé hier sur un site internet d’accentuer la lutte contre l’occupation, en réaction à la conférence internationale sur l’Irak. «Nous nous engageons à accentuer les attaques armées contre les forces de la coalition et leurs agents et espions (...), en riposte à la conférence de Charm El-Cheikh, cette farce sordide et suspecte», soulignent les signataires de ce communiqué. * Assaut contre Bagdad Ces menaces interviennent au moment où l'offensive lancée avant-hier fait partie d'une campagne destinée à venir à bout des foyers de résistance dans le pays avant les élections. "La zone des opérations comprend les villes de Latifiyah, Mahmoudiyah, Youssoufiyah, Iskandariyah, Haswah et Moussayyeb", a indiqué un porte-parole des Marines américains. A son début, l'opération a concerné des villages au nord de Hilla (100 km au sud de Bagdad), chef-lieu de la province de Babylone, mais l'offensive doit se déplacer plus au nord, dans la zone de non-droit au sud de la capitale. L'armée américaine a précisé qu'un village, celui de Jabella avait été particulièrement visé "dans le cadre d'une campagne (...) mobilisant plus de 5.000 (membres des) forces américaines, britanniques et irakiennes". L'opération intervient après la reprise quasi totale de Falloujah, après une offensive majeure lancée le 8 novembre par les Marines et les forces irakiennes. Au sud de Bagdad, les troupes engagées vont privilégier des "raids précis contre des cibles de grand intérêt", selon le porte-parole. Latifiyah, Youssoufiyah, Mahmoudiyah et Iskandariyah se situent à l'intérieur de la zone communément appelée le "triangle de la mort". C'est dans cette zone qu'ont été enlevés en août les deux journalistes français Georges Malbrunot et Christian Chesnot et leur confrère italien Enzo Baldoni, par l'Armée islamique en Irak, qui a revendiqué l'assassinat de ce dernier. L'armée américaine a indiqué que l'objectif de l'opération, qui se déroule avec le soutien du régiment britannique des Black Watch redéployé sur place, est de "prendre en tenailles les rebelles" qui cherchent à fuir la zone. Toujours à Bagdad, les corps d’un entrepreneur et d’un chauffeur de camion irakiens, soupçonnés de travailler pour l’armée américaine ont été retrouvés au nord de la capitale, a annoncé hier la police en faisant état par ailleurs de l’arrestation de neuf résistants. Par ailleurs, deux personnes ont été tuées, outre un kamikaze, dans une attaque à la voiture piégée. "Deux personnes, apparemment un homme et une femme, ont été tuées outre le kamikaze et une personne qui filmait l'explosion a été interpellée", a indiqué un officier de police du district de Karkh. "Il pourrait s'agir d'étrangers", a ajouté cet officier sous le couvert de l'anonymat, sans donner d'autres détails. A Mossoul, le vice-gouverneur de la province de Minive dans le nord de l’Irak a indiqué avoir échappé hier à une attaque, précisant que cinq paersonnes dont l’un de ses gardes avaient été tués et deux autres blessés par des tirs d’inconnus contre son convoi. Dans la même ville, l’armée américaine a annoncé avoir découvert, hier cinq corps décapités, dont certains sont ceux de soldats irakiens. * Processus électoral "Alors que le peuple irakien se prépare à voter dans l'ensemble du pays en janvier, la Force multinationale est déterminée à capturer ou tuer ceux qui tentent de déstabiliser le processus électoral", a-t-elle précisé. Dans la perspective de cette échéance politique, plusieurs formations cherchent à se regrouper sur des listes communes pour tenter de remporter un maximum de sièges à l'Assemblée nationale transitoire lors des élections générales du 30 janvier. En dépit des appels au boycottage de plusieurs formations sunnites, plus de 200 "entités politiques" ont déjà été certifiées sur les 228 demandes de participation aux scrutins, a affirmé mardi soir à l'AFP, le président de la Commission électorale, Abdel Hussein Al-Hindaoui. Les Irakiens seront appelés à élire en même temps les 275 députés de l'Assemblée nationale provisoire, ainsi que les 51 membres du Conseil provincial de Bagdad et les 41 membres des 17 autres Conseils régionaux. Dans le nord, les Kurdes choisiront en outre les 111 membres du Parlement autonome. Les autorités intérimaires irakiennes répètent à l'envi leur volonté d'organiser la consultation à la date prévue en dépit de la violence qui a encore frappé mercredi à Bagdad.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com