Ridha Ben Arab : Le poète des formes





De l’art abstrait développé dans des rectangles, carrés, courbes, cercles, arcs, ondulations et autres successions de points vifs, légers et doux. C’est ainsi que les critiques ont brossé les tableaux de Ridha Ben Arab. De son œuvre se dégage de la poésie mais aussi du mysticisme. Ridha Ben Arab est plus connu dans son pays d’adoption, l’Espagne que dans son pays natal, la Tunisie. C’est peut-être pour réparer cette injustice -car son œuvre picturale mérite d’être montrée ici- que l’Instituto Cervantès lui consacre une exposition qui se tiendra du 2 au 31 décembre au Musée de la ville de Tunis, Palais Kheïreddine à la Médina. Ce sera une occasion pour les amateurs d’art tunisien, mais aussi pour le grand public, de découvrir les géométries lyriques et la palette calme et délicate de ce peintre dont l’œuvre s’inscrit dans le champ de l’abstraction moderne. Né le 5 mai 1948 à Sfax, Ridha Ben Arab a fait ses études à l’école des Beaux-Arts de Tunis d’où il est sorti en 1971 avec un diplôme en céramique, un prix du Président de la République et une bourse de voyage en Italie, Allemagne, Belgique et France. C’est ainsi que le jeune peintre atterrit en Espagne où il intègre l’école Massana de Barcelone. Ridha Ben Arab tombe amoureux du pays de Dali, Picasso et Mir?. La scène artistique y est foisonnante de créativité. Il ne tarde pas à y trouver ses propres repères. Il multiplie alors les expositions de céramique, de gravure et de peinture et développe ses propres démarches au contact des peintres catalans. Ridha Ben Arab a participé à plusieurs expositions de groupe en Tunisie notamment en 1981 au Musée d’Arts vivants de Tunis, en 1986 au Salon des Arts plastiques de Sfax et en 2002 avec le groupe “Nostalgie” dans sa ville natale. L’exposition du palais Kheïreddine est donc sa première grande exposition personnelle. Le peintre qui vit depuis 1972 à La Roca Del Valles, près de Barcelone, s’adonne à plusieurs techniques à la fois. Peintre, sculpteur, céramiste et graveur, il développe dans toutes ses œuvres une démarche minimaliste, qui cherche à articuler l’espace, les formes et les couleurs selon une inspiration poétique doublée d’une méditation mystique. Ses toiles se caractérisent par la simplicité des traits et des formes et par la force d’une expression du vivant. L’abstraction chez lui n’est pas rigide. Elle surprend par sa fluidité et procède par suggestion. “Il y a comme un air de fête dans la peinture de Ridha B. Arab, et c’est là que l’on découvre ses racines, l’apport d’une longue tradition qui lui est propre, uni à celui qu’il a reçu du monde occidental. La culture est toujours dialogue et c’est bien un dialogue qu’établit dans son œuvre cet excellent artiste tunisien résidant en Espagne”, écrit José Corredor-Matheos, poète et critique d’art. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com