Ben Ali au Xème Sommet de la francophonie : Donner un nouvel essor à la solidarité entre les pays de la Communauté francophone





Le Président Zine El Abidine Ben Ali a adressé aux participants au Xème sommet de la francophonie, qui s’est tenu à Ouagadougou (Burkina-Faso), un message dans lequel il met l’accent sur la nécessité de promouvoir la solidarité entre l’ensemble des pays membres de la francophonie, qui est le meilleur moyen pour ces pays de focaliser leur action sur la coopération, notamment économique et sociale, en vue d’instaurer un partenariat solidaire au service de leurs populations. Ouagadougou - TAP Voici le texte de ce message dont lecture a été faite au nom du Président de la République, par M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre «Il me plaît, tout d’abord d’exprimer mes remerciements et ma haute considération à son Excellence Monsieur le président Blaise Campaoré, président de la république du Burkina-Faso, pour avoir offert de tenir les assises de ce Sommet important, celui de l’amitié, de la coopération, du dialogue et de la concertation, sur le sol d’un pays africain frère ave lequel la Tunisie entretient des relations étroites de fraternité et de coopération. Je voudrais également saisir cette occasion pour rendre hommage à son Excellence le président Emile Lahoud, président de la république du Liban, pour les efforts généreux qu’il a déployés, tout au long de sa présidence du IXème Sommet de la francophonie, pour le rayonnement et l’essor de notre organisation. Je tiens aussi à exprimer mes félicitations à son Excellence M. Abdou Diouf, secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie, dont la longue et riche expérience contribue efficacement à la réalisation de nos objectifs communs. Le choix du thème principal de nos assises, portant sur «La francophonie, espace solidaire pour un développement durable», est tout aussi pertinent que d’actualité, en ce début du troisième millénaire marqué par le processus irréversible de la mondialisation. Ce processus a généré des mutations profondes au niveau des capacités de notre monde à se développer en se dotant de moyens nouveaux dans les domaines de la technologie et du savoir. Force est de constater cependant que les pays en développement n’ont pas bénéficié de ces avancées importantes et que le fossé qui les sépare des pays développés s’élargit davantage de jour en jour en même temps que s’aggravent les fléaux de la pauvreté, des endémies et des guerres dévastatrices. Cette disparité se retrouve, à notre grand regret, au sein de notre espace francophone et constitue, à moyen et à long terme, une menace pour son développement harmonieux. Car les défis auxquels la francophonie est confrontée sont communs et ne peuvent être relevés en l’absence d’une action solidaire incluant les riches et les moins riches, le Nord et le Sud, dans un élan tendant à la création d’une zone commune de prospérité, afin de favoriser un développement équilibré et durable pour l’ensemble de pays membres de cet espace. La promotion de la solidarité est en effet le meilleur moyen pour la francophonie de focaliser son action sur la coopération en faveur du développement de nos populations. Aussi est-il réconfortant de voir ce débat figurer au centre des préoccupations de notre rencontre, tant il est vrai que la notion de solidarité a été l’un des vecteurs essentiels de notre politique de développement en Tunisie. Après avoir fait de cette notion le fondement de notre politique sociale, engendrant des résultats fort positifs, nous avons lancé notre initiative pour l’établissement du Fonds mondial de solidarité qui a reçu l’aval et le soutien de l’ensemble de la communauté internationale. Cette proposition procède, non seulement de notre foi profonde en la solidarité entre les Etats et les peuples, mais aussi de notre conviction que les droits de l’homme constituent un tout indissociable, ne se réalisant pleinement qu’à travers la sauvegarde de la dignité de l’être humain, partout où il se trouve. Notre espoir est que ce fonds pourra devenir opérationnel dans les meilleurs délais, afin de réaliser pleinement les objectifs qui lui ont été assignés et de contribuer à l’éradication de la pauvreté dans le monde, avec l’appui actif des pays membres de notre organisation. Mouvement à vocation culturelle et technique à l’origine, la francophonie a beaucoup élargi, ces dernières années, son champ d’activités. Tout en réitérant son attachement aux principes énoncés dans sa charte, à savoir la promotion de la coopération dans ces domaines, la Tunisie considère que l’OIF est appelée, aujourd'hui, à privilégier la coopération économique et sociale et à établir un véritable partenariat solidaire entre ses membres. L’adoption, par notre Sommet, du cadre stratégique décennal (2005-2014) offre une opportunité précieuse en vue de renforcer cette coopération mutuellement bénéfique et d’édifier un tel partenariat sur des bases solides et durables. Dans le même contexte, nous estimons que le nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) constitue un cadre adéquat pour donner un élan à la croissance économique et sociale de ce continent. Cette initiative, conçue par les Africains pour l’essor de l’Afrique, appelle pour être efficiente le soutien des instances multilatérales compétentes et en particulier celui de la francophonie qui compte dans ses rangs un grand nombre de pays africains. La coopération triangulaire s’inscrit dans cet esprit et constitue un moyen privilégié de favoriser la coopération Sud-Sud, l’un des objectifs fondamentaux du NEPAD. Notre réflexion sur le thème de ce Sommet permet également de constater que l’aggravation du fossé numérique entre pays industrialisés et pays en développement nous incite à prendre des mesures pratiques pour faire bénéficier tous les pays des opportunités offertes par le développement de la technologie de communications. Le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) dont la Tunisie abritera la deuxième phase, du 16 au 18 novembre 2005, constituera, à cet égard, une occasion propice à l’élaboration d’un plan mondial pour le renforcement de la coopération entre le membres de la communauté internationale et la consolidation du rôle de l’information et de la communication dans les stratégies et programmes de développement. La Tunisie, qui se félicite vivement du rôle joué par la francophonie dans la préparation de ce Sommet, invite aujourd’hui tous les pays francophones à participer activement, au plus haut niveau, à sa 2ème phase. En réalisant les objectifs mentionnés, la francophonie aura réussi le pari de s’adapter aux nouvelles réalités et de s’affirmer, sur la scène internationale, comme modèle d’un espace solidaire pour un développement équilibré et durable. Nous aurons ainsi œuvré efficacement pour que la francophonie soit un vecteur de dialogue, d’entente et de paix entre les nations. Notre vœu est que le présent Sommet puisse donner un nouvel essor à la solidarité agissante entre nos pays afin de favoriser l’avènement d’un avenir meilleur pour la communauté francophone».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com