Dar Bach Hamba : Un look à la croisée des cultures





Considérée comme l’une des plus belles maisons de la Médine, Dar Bach Hamba, — nommée par les Italiens : “Casa Sicilia”, dont la fondation remonte à l’époque hafside du XVème siècle, avant de devenir une propriété italienne - a un nouveau look. Son inauguration a eu lieu jeudi après-midi. La cérémonie s’est déroulée en présence de Ladvico Corrao, président de l’Institut italien de Haute culture Fondation Orestiadi, de M. Afif Chiboub, président de l’Association tuniso-italienne, Salvatore Cuffano, président de l’Association sicilienne et M. Arturo Olivieri, ambassadeur d’Italie à Tunis ainsi qu’un grand nombre d’italiens résidant à Tunis. Au cours de cette cérémonie les responsables italiens ont présenté le programme de “Casa Sicilia” pour l’année culturelle en cours, ainsi que l’historique et les rénovations apportés à Dar Bach Hamba, devenue aujourd’hui le siège de la fondation Orestiadi qui porte le même nom. Selon les éléments d’informations historiques, Dar Bach Hamba a été fondée par la famille Rassaâ, originaire de Tlemcen et installée à Tunis depuis l’époque hafside, avant d’appartenir aux Naccache au XVIIIème siècle, puis à la famille Bach Haamba en 1789. Ensuite, sous le règne de Hammouda Pacha, fils d’Ali Bey II, Dar Bach Hamba a été achetée par les sœurs franciscaines, puis passa parmi les biens de l’église et acquit le nom de “Casa Sicilia”. Outre son caractère de monument vivant, ce palais résume, sur un autre plan, toute l’histoire de la ville de Tunis, en changeant successivement de propriétaires et ce, selon les différentes époques. Aujourd’hui, Dar Bach Hamba continue de garder aussi une vocation notoire dans le monde culturel. Le palais abrite le siège de la fondation Orestiadi et accueille également une exposition permanente de costumes, de terre cuite, etc... On y met en évidence les traits connus entre les cultures de la Méditerranée. Il accueille également plusieurs initiatives dans le domaine des arts appliqués et des arts visuels. Au plan architectural, Dar Bach Hamba, à l’instar de Dar Lasram ou de Dar Hassine, se présente au visiteur, tel un palais d’antan, avec, au milieu, un patio sur lequel s’ouvrent quatre chambres de chaque côté. Il se distingue par l’existence de deux portiques au nord et à l’Est de ce patio, alors que les demeures de la Médina ont des portiques se faisant face. Bien qu’entièrement relooké d’un style architectural sicilien, ce palais continue de garder entièrement la typologie andalouse, témoignant de sa multiple appartenance. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com