Recensement général : Population en baisse, logement en hausse





• 9.910.872 habitants • Le taux d’accroissement le plus faible depuis 1956. Les résultats du Recensement Général de la Population et de l’Habitat réalisé durant cette année a infirmé certains préjugés selon lesquels les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Il confirme également la baisse du taux d’accroissement de la population qui est de 1,2% contre 2,3 en 1994 et 2,5 en 1985. Tunis - Le Quotidien Nous sommes désormais 9.910.872 habitants en Tunisie, d’après le recencement général de la population réalisé au courant de cette année par l’Institut National des Statistiques (INS). La Tunisie enregistre à cet effet l’un des taux d’accroissement les plus faibles depuis 1956. En effet, il a atteint le chiffre de 1,21% contre 2,35% en 1994 et 2,48% en 1984. Au cours d’une conférence de presse, tenue hier à l’Agence Tunisienne de communication extérieure, M. Jouini, ministre du développement et de la coopération internationale, a révélé les grandes lignes de l’opération de recensement réalisée au mois d’avril dernier. Tous les gouvernorats ont enregistré une hausse tangible de la population sauf Siliana et le Kef dont le nombre d'habitants a baissé (-0,1%). Dans ce contexte, le gouvernorat de l’Ariana a enregistré, le taux le plus élevé à savoir 3,81% , tandis que le gouvernorat de Béja enregistre le taux positif le moins élevé (+0,02%). Le taux d'accroissement de la population dans la capitale est de 1,03% contre 1,3% en 1994. Les résultats ont également confirmé la supériorité numérique des hommes par rapport aux femmes. En effet, le pourcentage des hommes est de 50,1% par rapport à la population totale. Les chiffres infirment la croyance selon laquelle le nombre des femmes est plus élevé que celui des hommes. Le rapport consacre également une partie importante sur l’évolution de l’Habitat et l’éducation en Tunisie. Il met en valeur une nette évolution du nombre d’appartements et d’étages de villas, qui enregistrent respectivement une hausse de 7,5% (5,9% en 1994 pour les appartements) et 37,6% (27,8% en 1994) pour les étages de villas. Cette évolution se concrétise aussi sur le plan qualitatif puisque le nombre de chambres par habitation a sensiblement augmenté. C’est ainsi que le taux de logements à une chambre a baissé. Il passe de 14,0% en 1994 à 6,9% en 2004, tandis que les logements de 3 et 4 chambres atteignent respectivement les 36,9% contre 30,5% en 1994) et 21,1% (contre 17,7%) en 1994. La famille comporte par ailleurs moins de membres . En 1994, la famille comportait en moyenne 5,19 personnes . Aujourd’hui elle n’est que de 4,53 personnes. Le ministre a, au cours de la présentation du rapport, indiqué que la société tunisienne a connu une évolution qualitative et que les chiffres confirment la justesse des orientations du gouvernement. Il a affirmé que le niveau de vie du Tunisien s’approche sensiblement de celui des habitants des pays à revenus élevés. Certains s’inquiètent cependant des risques du renouvellement des générations. Répondant à une question se rapportant à ce sujet, M. Nouri Jouini a affirmé que les résultats obtenus à ce sujet sont imputables aux orientations choisies par la Tunisie et que la stabilité démographique est prévue vers 2030. Il a expliqué que des mesures seront prises pour assurer la transition dans les meilleures conditions. La prolongation de l’âge de la retraite, l’augmentation de l’épargne pourraient constituer quelques solutions possibles. Les résultats d’une manière générale sont bons mais les défis, a-t-il ajouté, sont énormes. Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com