Se disant prêt aux négociations : Abbas renoue avec Israël





Le chef de l’OLP, Mahmoud Abbas, candidat à la présidence de l’Autorité palestinienne, s’est déclaré prêt à entamer «dès maintenant» des négociations officielles ou non officielles avec Israël sur les questions relatives au statut final des territoires palestiniens. Le Quotidien - Agences «Nous ne voyons aucun inconvénient à négocier dès maintenant de façon officielle ou non officielle, sous le parrainage du quartette ou d’un Etat, sur les questions relatives au statut final», a déclaré Abbas dans un entretien publié hier par la revue égyptienne «Al Moussawar». Le Quartette regroupe l’ONU, les Etats-Unis, l’Union européenne et la Russie. Il est à l'origine de la feuille de route, un plan de règlement du conflit israélo-palestinien d’ici 2005. Ce plan est jusque-là resté lettre morte. «La feuille de route a fixé la date de 2005 pour la création d’un Etat palestinien. C’est la seule date proposée actuellement. Si les partenaires font preuve de bonne foi, nous pourrions dès maintenant commencer à traiter les questions relatives à la phase finale pour parvenir à un règlement dans les délais prévus, en 2005, sans porter atteinte à la feuille de route», a dit Abbas. Le président américain George W. Bush a récemment remis en cause la date de 2005 envisageant l’établissement d’un Etat palestinien d’ici la fin de son mandat en janvier 2009. Selon les accords d’Oslo (1993) sur l’autonomie palestinienne, les discussions enter Israéliens et Palestiniens sur le statut final devaient régler toutes les questions, notamment celles d’Al Qods, du droit au retour des réfugiés palestiniens et des colonies juives implantées en Cisjordanie et à Gaza. Mahmoud Abbas a tenu à souligner que «négocier sur le droit au retour des Palestiniens réfugiés à l’étranger, ne signifie pas que nous voulons modifier la structure démographique d’Israël». «Nous ne souhaitons pas modifier la démographie de l’Etat d’Israël, mais nous voulons une solution à la question des réfugiés palestiniens», a-t-il insisté. Il a proposé que les deux parties parviennent à une interprétation commune de la résolution 194 de l’ONU sur le droit au retour des réfugiés palestiniens et à leur indemnisation. Concernant la demande israélienne de désarmer les factions palestiniennes, Abbas a par ailleurs souligné «Nous ne pouvons pas réaliser cela en une nuit. Cela se fera progressivement». Plus les gens auront compris et adhéré à notre projet politique de solution équitable, plus il nous sera facile de réaliser ce désarmement», a-t-il estimé.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com