Sharon fait volte face : «Prêt à rencontrer Assad si…»





Le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, s’est dit prêt hier à Tel-Aviv à rencontrer le Président syrien Bachar Al-Assad “sous certaines conditions”, tout en doutant de la volonté de paix de ce dernier, mais la Syrie a jugé ces conditions “inacceptables”. Le Quotidien - Agences “Je suis prêt à rencontrer le président Assad sous certaines conditions”, a déclaré Sharon lors d’une conférence de presse. Il n’a pas précisé quelles seraient ces conditions. Il est en revanche empressé d’indiquer qu’il ne voyait pas pour l’instant “un seul signe véritable” des intentions de paix de la Syrie. “J’ai entendu les appels à la paix en provenance de Syrie. Si les intentions de la Syrie sont sérieuses, nous les examinerons. Si la Syrie est sérieuse, elle constatera qu’Israël veut la paix”, a-t-il dit. Mais le ministre syrien des Affaires étrangères Farouk Al-Chareh a immédiatement répondu qu’il était “inacceptable” que Sharon pose des conditions à la reprise des pourparlers. “Nous avons évoqué une reprise des négociations avec Israël sans conditions. Je constate maintenant que le Premier ministre israélien pose des conditions à la Syrie. Et c’est inacceptable (...) Israël ne doit pas poser des conditions préalables à une reprise des négociations”, a déclaré Chareh à la presse à Damas. Sharon a noté que “la Syrie est soumise à d’importantes pressions de la part des Etats-Unis, et nous n’avons aucune raison de venir à son secours pour qu’elle apparaisse sous un jour favorable à l’occasion d’une rencontre”. Sharon a aussi précisé que la reprise de négociations israélo-syriennes “n’a même pas été évoquée” mercredi lors de la visite à Al-Qods du chef de la diplomatie égyptienne Ahmed Aboul Gheït et du chef des services égyptiens de renseignement Omar Souleïmane. Il a affirmé que “la menace la plus grande sur la nouvelle direction palestinienne aujourd’hui vient de Damas ou siègent des organisations terroristes, comme le Hezbollah, qu’elle (la Syrie) encourage et finance”. “C’est de Damas que partent les ordres d’attaquer Israël”, a encore déclaré Sharon. Il a en outre accusé la Syrie de permettre à l’Iran de faire transiter via l’aéroport de Damas des armes lourdes fournies au Hezbollah, notamment des milliers de roquettes déployées au Liban sud face à la frontière nord d’Israël. _______________ Le plan de retrait de Gaza sera appliqué Le Quotidien-Agences Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a insisté hier que son plan de retrait de la Bande de Gaza serait entièrement appliqué, et s'est dit prêt à des concessions "douloureuses" pour parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens. "Le plan de désengagement sera mis à exécution. Point à la ligne", a dit Sharon lors d'une conférence de presse à Tel-Aviv, au lendemain du limogeage des cinq ministres du parti Shinouï, un pilier de la coalition gouvernementale.Il a aussi affirmé être "prêt à des concessions douloureuses pour parvenir à la paix" avec les Palestiniens. Tout en soulignant qu'il ne ferait "aucune concession sur la question du terrorisme", le Premier ministre a indiqué que depuis la mort le 11 novembre du chef historique palestinien Yasser Arafat, "l'incitation à la haine" contre Israël était en diminution.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com