Il puise dans la caisse de la société pour entretenir sa maîtresse





Il lui était difficile voire impossible de satisfaire les caprices de sa maîtresse. Alors, il a puisé dans la caisse de la société où il occupe le poste de directeur financier, beaucoup d’argent. Ce qui lui a valu cinq ans de prison... Tunis - Le Quotidien Nous sommes en 2002, le service financier d’une importante société de la place vient d’être renforcé par une stagiaire âgé de vingt-cinq ans et dotée de l’une de ces plastiques qui font rêver les hommes. D’emblée, elle attira l’attention du chef de service, un quinquagénaire très discret et connu pour être le plus sévère parmi les hauts responsables de l’entreprise. D’ailleurs, il n’avait pas besoin d’exprimer et d’afficher son caractère rigoureux. Il suffisait de le voir tousser, pour comprendre qu’il pouvait exploser à n’importe quel moment. Mais que faire quand on est frappé de plein fouet par la foudre de l’amour. Que dire alors quand il s’agit d’un être humain à qui seule sa vieille cousine avait accepté de tenir compagnie sur un lit conjugal. La stagiaire a donné en effet une autre couleur au bureau du chef. L’odeur de son parfum, ses tailleurs qui reflètent une féminité ravageuse et surtout son visage et son corps qui enflamment et font fondre les plus solides des icebergs. Seulement, les belles choses ont toujours un petit point noir, un défaut qui les empêchent d’atteindre l’idéal. La jeune stagiaire était, en effet, tout sauf un agent comptable. Alors pour combler cette petite défaillance, elle n’a pas trouvé mieux que son chef de service afin de l’aider à garder sa place au sein de l’entreprise. En contrepartie, elle lui donnait ce qu’aucune autre femme digne de ce nom, n’a accepté de lui donner c’est-à-dire un peu d’affection et beaucoup de douceur charnelle. C’est ainsi qu’elle devint sa maîtresse. Et une maîtresse a besoin d’argent et l’argent n’est pas du tout facile à gagner. Du coup pour sortir de ce dilemme, le chef n’y est pas allé par quatre chemins. Il a commencé en effet à puiser dans la caisse de l’entreprise des petites sommes qui n’ont pas tardé à prendre du volume et de l’importance au point d’atteindre cent cinquante mille dinars. Ces vols ont été découverts le jour où une équipe d’inspecteurs était venue vérifier les comptes de la société. Finie alors la belle vie. Le chef en avouant son forfait a écopé de cinq ans de prison. Derrière les barreaux, il peut toujours rêver de sa maîtresse et de son savoir-faire en matière d’amour... H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com