ECUME : Chants sacrés… sacrés chants !





Tour à tour espiègle et enfiévrée, “les chants sacrés”, viennent nous rappeler, un tant soit peu, que la Méditerranée est un espace d’échanges culturels et civilisationnels. C’est du moins le souhait de l’association ECUME qui organise le 15 décembre courant la session 2004 de ce projet. “Les chants sacrés en Méditerranée”, sont un concept créé et organisé par ECUME (Echanges culturels en Méditerranée) depuis 1992. Il s’agit d’accueillir et de diffuser toutes les expressions sacrées, vocales et musicales, du monde méditerranéen. L’internationalisation du cycle des concerts a été entamée depuis 1996 à Marseille puis à Barcelone, Gênes, Alger, Tunis et Séville. Il s’agit de connaître et de faire connaître sa langue, ses us et coutumes à autrui par la création d’une démarche axée sur les lectures poétiques, les soirées musicales et les programmes de formation. Cette fois la soirée sacrée 2004 a élu domicile en Tunisie. Un programme destiné à faire connaître les rites religieux des pays du Sud et du Nord de la Méditerranée (circoncision et baptème) a été élaboré sous la thématique du “Passage”, la XIIème édition des chants sacrés propose des tableaux musicaux ayant pour thème le glissement des sens entre la vie et la mort, l’enfance et l’adolescence, le profane et le sacré, tout en vulgarisant des formes vocales et musicales méconnues des Tunisiens. * Concert Le concert musical brosserait le tableau riche en chants mystiques, louanges, chants de cérémonie d’Espagne et de Tunisie. On apprend ainsi que la première partie du concert sera consacrée aux chants venus de Séville (Espagne). La troupe SAETAS FLAMENCA aura à interpréter des chants parmi les plus étranges d’Andalousie, qu’on chantait autrefois durant la semaine sainte. “Le Takht musical tunisien” interprétera dans la deuxième partie du concert des chants traditionnels tunisiens. En l’espace d’un temps Rym Fehri (chant), Slaheddine El Manaâ (naï), Anis Klibi (violon), Kamel Ferjani (oud) et Mohamed Sahli (percussion) nous feront revivre l’ambiance typiquement tunisienne des cérémonies par une musique considérée non seulement comme un art de divertissement mais aussi et surtout comme une musique à connotation sacrée se référant ainsi à des textes vénérés. M.B.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com