Crise ukrainienne : Retour à la case départ





Ianoukovitch annonce sa participation au prochain scrutin L’Ukraine préparait hier le retour des électeurs aux urnes alors que le Premier ministre, que la Cour suprême a privé d’une victoire, a annoncé sa participation au prochain scrutin. Le Quotidien-Agences Ni le président sortant Léonid Koutchma, ni le pro-Russe Viktor Ianoukovitch n'avaient réagi hier matin à la décision de la Cour suprême, très largement saluée à l'étranger, notamment par l'Europe et les Etats-Unis. La Cour suprême ukrainienne a invalidé avant-hier le scrutin présidentiel du 21 novembre en raison des fraudes constatées, annulant la victoire du candidat du pouvoir, et ordonné un nouveau second tour le 26 décembre. La plupart des revendications de l'opposition ont ainsi été reconnues. La commission électorale centrale, qui doit officiellement fixer la date du scrutin, devait se réunir hier. De même que le Parlement, qui doit adopter des changements à la loi électorale nécessaires à la répétition du scrutin (actuellement non prévue par la loi). M. Koutchma, fermement soutenu par la Russie, insistait pour que l'invalidation du scrutin --qui semblait inévitable-- se traduise par la convocation d'une nouvelle élection, reprenant les deux tours. Ce qui lui aurait notamment permis de présenter un nouveau candidat, plus charismatique que Ianoukovitch. Ce dernier a annoncé qu'il participerait au nouveau second tour de la présidentielle ordonné par la Cour suprême, dans une déclaration transmise à la presse. "Je suis sûr que la décision de la Cour suprême est une violation de la constitution ukrainienne et qu'elle a été prise sous la pression de la rue. Mais je n'ai pas d'autre voie que de me présenter à nouveau et de gagner", a déclaré M. Ianoukovitch dont la victoire au second tour du 21 novembre a été annulée par la Cour suprême avant-hier en raison des fraudes constatées. Ianoukovitch s'était déclaré, avant que la Cour ne rende son verdict, contre la tenue d'un nouveau second tour et avait proposé l'organisation d'une nouvelle élection, sans lui ni Iouchtchenko, ce que ce dernier avait rejeté. Ianoukovitch a peu de chances de remporter un nouveau second tour face à un opposant dopé par le mouvement de contestation populaire sans précédent auquel font face les autorités depuis la présidentielle frauduleuse du 21 novembre.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com