Après E.S.S – Enyimba (2 – 1) : Une victoire qui attend confirmation





Quoiqu’on dise, l’Etoile sans prendre réellement option pour enlever le trophée dès le match aller a à coup, sûr franchi un pas vers la conquête du titre continental. La victoire obtenue face au tenant, Enyimba, n’est pas de trop et ne peut être considérée arbitrairement insuffisante. Lorsqu’on connaît la valeur de la formation nigériane truffée, il faut le dire, d’individualités de bonne qualité, on ne peut faire la fine bouche même si l’envie de la cartonner était légitime. On le sait, une finale de la Champion’s league disputée entre deux grosses cylindrées du continent se joue en deux rondes et on ne saurait imaginer que l’une ou l’autre équipe peut s’approprier le trophée dès le premier match. C’est que, en fait, la valeur des deux équipes, l’ESS et Enyimba, est sensiblement égale et tout peut se jouer sur un petit détail tel que le tir sur le poteau de la cage du gardien Enyama ou le tir croisé de Baya à quelques deux minutes de la fin du match qui a quasiment rasé le bas du poteau gauche. Cela étant, aussi bien l’Etoile qu’Enyimba savent que pour réussir il faut gérer intelligemment les deux rencontres. L’Etoile, sans le but de Nwana (15’), aurait réussi une meilleure performance, son mérite est de ne pas avoir baissé les bras et est repartie pour d’abord recoller au score et ajouter ensuite un but qui lui évite de compromettre ses chances. Pour Chétali, “l’essentiel est que mon équipe regagne les vestiaires à un but partout pour que la deuxième mi-temps ne soit pas trop difficile à gérer”. Chose faite, il faut l'avouer, non sans difficultés puisque l’équipe tunisienne n’est parvenue à rétablir l’équilibre que dans le temps additionnel de la première période à la suite d’un penalty transformé par Imed Mhadhebi (45’+1’) en dépit d’un nombre assez important d’opportunités franches. L’auteur du but reconnaît en effet “que le dispositif tactique (3-5-2) des Nigérians nous a beaucoup gênés. Il a fallu user de toutes les ficelles pour porter le jeu dans la zone de l’adversaire. De même que le marquage imposé à Baya a en quelque sorte ralenti la manœuvre”. Il fallait s'y attendre, Zoubeïr Baya, étant le moteur de l’équipe, ne pouvait jouer à sa guise. L’entraîneur Okay Emordi chargea Ajibade de lui coller aux basques, tout le match durant, pour atténuer un tant soit peu l’efficacité de l’étoilé. * Baisse de régime Le but de Kandia Traoré qui a embrasé le stade (il l’a été depuis le coup d’envoi du match) récompensé les efforts des Etoilés. On a cru à ce moment que les Etoilés allaient submerger leurs vis-à-vis mais la saturation physique a affecté quasiment tous les joueurs. A. Chétali le souligne avec un accent de profonde amertume. “Avant cette finale aller, l’équipe a joué un match de trop. Je ne sais pas si c’était celui de Béni-Khalled ou celui livré au CAB. Ce qui est sûr c’est que mes joueurs ne pouvaient être frais physiquement pour soutenir un rythme élevé durant tout le match”. La remarque va sans doute tout droit à l’adresse de ceux qui ont la charge de gérer la compétition locale. Ceux-ci ne semblent pas se soucier de l’intérêt de l’équipe représentante du foot national à un stade très avancé de la Champion’s league. Il n’y a pas que ceci qui irrite Chétali lorsqu’il reproche à la CAF de faire disputer les deux confrontations de la finale en l’espace de huit jours”: Les responsables de la CAF cherchent plutôt leur repos et ne se soucient guère de la santé des joueurs. Entre deux dimanches, la récupération est quasiment impossible. Le joueur ne peut se refaire une santé de footballeur en si peu de temps. En plus, il faudra penser aux effets du voyage et bien d’autres choses. A ce niveau, on n’est pas en train d’imiter l’Europe, on est en train de la singer et c’est dommage pour le foot africain!” Quoiqu’il en soit, la victoire de l’Etoile aux dépens du tenant du titre Enyimba est perçue différemment. Certains la jugent peu sécurisante, d’autres à l’instar du président étoilé Othman Jenayah considèrent que “ce résultat du match aller est en soi satisfaisant. C’est une victoire certes, mais nous devons la confirmer à Abuja. Enyimba devra gagner le match retour mais elle ne l’a pas encore fait. Ce n’est pas dans nos habitudes de jeter les armes, nous allons à Abuja pour gagner et enlever le trophée”. Mounir EL GAIED _______________ Leurs impressions * Abdelmajid Chétali “Que nous ayons gagné par 2-1 ou un autre score, l’Etoile se trouve avant ce match aller sur le podium. Maintenant, il faut demander aux joueurs s’ils veulent de l’or ou de l’argent. A Abuja, ils auront à apporter la réponse sur le terrain et j’espère qu’elle sera la bonne”. * Okay Emordi “S’agissant d’une finale de la ligue des champions, la pression était asphyxiante, notamment sur les joueurs. Les deux équipes ont produit du bon football. Je pense que le résultat n’est pas satisfaisant pour les coéquipiers de l’excellent Baya. Tout se décidera au Nigeria. Je pense que nous sommes plus proches de la victoire finale”. M.E.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com