Tribune/ La fête des “grosses têtes”





A l’occasion de la Journée nationale des ingénieurs, le 21 octobre, j’ai tenu à participer personnellement à cette manifestation par ce modeste article afin que les jeunes ingénieurs profitent de notre expérience. Il est vrai que 70% de nos jeunes ont moins de 35 ans, si nous prenons le parcours d’un jeune diplômé de 25 ans, il va débuter en tant que stagiaire, par une formation pratique sur le tas, et après cinq ans d’expérience, il commence sa vraie carrière professionnelle. Dix ans durant, plein rendement, efficacité, conscience, productivité, intégrité... A quarante ans, le mérite, les promotions, le chef, d’où réunions des cadres supérieurs, conférences, séminaires, voyages d’études et missions à l’étranger, (pour joindre l’utile à l’agréable ... la belle vie quoi ! A cinquante ans, la santé devient fragile, le début de la préretraite, déjà il faut penser à l’après-retraite, donc affaires personnelles, contacter les vrais et bons amis dans les divers domaines, les interventions, les appuis etc .. Entre-temps, le chef prend de l’âge, il vieillit doucement et les jeunes l’appellent le “vieux clou”, ils oublient que ces pionniers sont en métal “Inox” et qu’ils ont occupé une position “charnière” avant et après la tunisification et l’édification des entreprises nationales ! A soixante ans, mis à la retraite, le poids des années commence à se faire sentir, avec les ennuis de santé, mais le courage ne manque pas, le cœur y est “toujours prêt”. En conclusion : à qui pourrait être utile cette longue et grande expérience, et qui en profiterait si ce n’est nos jeunes et “grosses têtes”. Soyons ainsi à leurs côtés pour les aider au sein du Conseil de l’Ordre des Ingénieurs (COI), afin de sauvegarder et revaloriser le métier. A mon humble avis, c’est bien la noble mission et le vrai rôle de l’Ingénieur tunisien. HALAOUA Mohamed Ingénieur principal, retraité du ministère des Finances


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com