Elections présidentielle et législatives : Aujourd’hui, passage aux urnes sur fond de fête…





C’est aujourd’hui que la Tunisie vivra au rythme d’une véritable fête où les urnes sont les reines incontestées. Le passage de plus de quatre millions et demi d’électeurs aux urnes constitue la fin en apothéose d’un long processus de réformes et de préparatifs auxquels ont participé toutes les forces vives du pays... Tunis — Le Quotidien Plus de 4.620.370 Tunisiens se rendent aujourd’hui à partir de 7h30 jusqu’à 16h30 aux 12.903 bureaux de vote pour élire le Président de la République et renouveler la Chambre des députés. Les Tunisiens à l’étranger ont déjà commencé à voter depuis quelques jours. Cet événement important qui vient concrétiser, tous les cinq ans, l’exercice de la souveraineté populaire, se caractérise cette année par un certain nombre de nouveautés. C’est la première fois que quatre candidats briguent la magistrature suprême. Il s’agit du Président Ben Ali, fort d’un bilan impressionnant et d’un large appui de la part des composantes de la société civile, de M. Mohamed Bouchiha, secrétaire général du parti de l’Unité populaire, de M. Mounir El Béji, président du parti social Libéral et de M. Mohamed Ali Halouani, candidat de l’Initiative démocratique parrainée par le Mouvement «Ettajdid». Les législatives enregistrent pour la première fois également la participation de 168 listes appartenant à sept partis politiques (RCD, MDS, PUP, UDU, Mouvement «Ettajdid», PDP et PSL) qui s’affronteront dans 26 circonscriptions, chose qui révèle une nette amélioration de la pluralité des candidatures par rapport aux élections de 1994 et de 1999. Réformes importantes Les élections présidentielle et législatives se dérouleront, selon tous les observateurs, dans le cadre de la transparence, du respect de la loi et de la neutralité de l’administration puisque le code électoral a été amendé dans l’objectif d’approfondir la pratique démocratique et de garantir plus de transparence à l’opération de vote. Parmi les nouvelles dispositions de ce code, on cite notamment la distribution des cartes d’électeur plus de trois mois avant la date du scrutin, l’obligation de prendre tous les bulletins de vote et de se rendre dans l’isoloir, la diminution du nombre des bureaux de vote de 15.243 à 12.903 seulement dans le but faciliter aux partis de l’opposition d’y placer des observateurs, l’interdiction de porter des signes distinctifs au profit de tel ou tel parti à l’intérieur des bureaux de vote. Dans le cadre de ces réformes visant à garantir la transparence de l’opération de vote et de renforcer le pluripartisme, un nouveau organisme a été crée pour prêter main forte au Conseil constitutionnel. Il s’agit de l’Observatoire national des élections, présidé par l’ancien bâtonnier, Me Abdelwaheb El Béhi et composé de nombreuses compétences de haut vol qui veillent depuis plusieurs semaines au bon déroulement de la campagne électorale et reçoivent les réclamations des partis politiques. Campagne électorale dynamique La campagne électorale qui s’est achevée vendredi soir a été marquée par un dynamisme remarquable tant de la part du parti au pouvoir que celui de l’apposition. Ayant installé un village électoral à la Cité sportive d’El Menzah et exploité de nombreux locaux, le RCD a réalisé une campagne exceptionnelle, alternant débat de qualité et animation. Pour l’opposition, la campagne financée en grande partie par les subventions étatiques, s’est déroulée dans d’excellentes conditions d’autant plus qu’elle a été marquée par la neutralité absolue de l’administration. Plus de 1581 meetings électoraux des quatre candidats à la présidentielle et des diverses listes participant aux législatives ont été tenus dans les différentes régions du pays. Des centaines d’emplacements légaux prévus aux fins d’affichage des listes ont été aménagées. Bref, tout présage d’une véritable fête des urnes et les électeurs sont, de ce fait, appelés à s’y rendre massivement. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com