Souk Sidi Bou Mendil : Prêt-à-porter et jouets en vedette





A une quinzaine de jours de l’Aïd El Fitr, l’activité commerciale dans le circuit parallèle a pris déjà les couleurs de la fête. L’ambiance ramadanesque cède de plus en plus la place à Souk Sidi Bou Mendil. Tunis - Le Quotidien Le succès que connaît le commerce dit “parallèle” auprès d’une frange de plus en plus large des consommateurs semble tenir avant tout à un aspect qui le caractérise et qui se confirme à chaque événement: c’est cette polyvalence au niveau de l’offre de la marchandise. Cette offre qui tend à changer en fonction de la conjoncture et de la demande. Ces jours-ci on vit au rythme des préparatifs de la fête de l’Aïd El Fitr et les centaines de marchands ambulants qui investissent les ruelles et les endroits névralgiques de la capitale se sont déjà mis à exposer une marchandise spéciale Aïd Seghir. Ainsi, l’ambiance ramadanesque qui a perduré depuis le début du mois saint dans les différents espaces commerciaux renoue peu à peu avec une tendance festive aux couleurs de la fête. Proposées à des prix défiant toute concurrence, des variétés très étendues de marchandises et d’articles font depuis quelques jours leur apparition sur les étals cartonnés qui obstruent les passages étroits du côté de la rue des Salines, de la rue Charles de Gaulle ou de celle de Sidi Bou Mendil. On y trouve des vêtements pour enfants de toutes les tailles et de différentes couleurs, venus on ne sait comment, de pays situés à l’autre bout du globe comme la Chine et l’Indonésie. Des amas énormes de jouets de toutes les dimensions bloquent les entrées de ces dizaines de petites boutiques de “Sidi Bou Mendil” et qui portent les mêmes griffes du genre “Made in China” ou “Made in Japan”. Au fond, l’Empereur du Japon n’avait pas tort quand il a décidé d’inonder le monde par des jouets, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ces jouets qui font l’objet d’un engouement particulier de la part des mômes tendent à préserver la différenciation entre les sexes. Ainsi on trouve que les poupées demeurent les campagnons préférés des petites filles qui s’attachent également à disposer de divers autres articles de jeux tels que ces pseudo-boîtes à maquillage de taille minuscule. Pour les garçons, il semble qu'on s’attelle encore et toujours à les éduquer à travers des jouets qui évoquent la guerre et la violence. De ce fait, les fabricants de ces jouets gardent leur imaginaire centré sur les armes. Il suffit de faire un petit tour du côté de Sidi Bou Mendil pour se rendre compte que nos gosses préfèrent jouer avec ces fausses armes composées entre autres de fusils, de revolvers et d’autres “armes redoutables” en plastique. D’autre part et toujours dans le domaine des jouets, on remarque que bon nombre des marchands ambulants exposent, parmi leurs marchandises, différentes catégories de pétards et ce en dépit des multiples décisions annoncées par les autorités compétentes interdisant strictement la commercialisation de ce genre d’“explosifs”. Faisant fi des décisions réglementaires, certains marchands à la sauvette du côté du Souk Sidi Bou Mendil exposent des catégories de pétards de différentes tailles à des prix illusoires, ce qui est susceptible d’encourager les jeunes à s’en procurer et à s’en servir. Mais les risques qui peuvent en provenir peuvent être graves et causer des dégâts tels que les brûlures en cas de mauvaise manipulation. Des sources auprès du ministère du Commerce indiquent, à ce propos, que les structures du contrôle veillent en collaboration avec les services de la douane et les structures du ministère de l’Intérieur à combattre ce genre de commerce qui fleurit à chaque événement tel que l’Aïd El Fitr. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com