Israël divisé sur le retour d’Arafat : Revient… revient pas





Le gouvernement israélien est divisé sur la question de savoir si le dirigeant palestinien Yasser Arafat, parti pour Paris afin de se faire soigner, devrait être autorisé à revenir à Ramallah en Cisjordanie, a indiqué hier la radio militaire. Le Quotidien - Agences Le ministre de Affaires étrangères Sylvan Shalom ainsi que des hauts responsables du ministère de la Défense estiment que la question d’un éventuel retour de Yasser Arafat n’a pas été tranchée, contrairement à ce qu’affirme le bureau du Premier ministre Ariel Sharon, a ajouté la radio. Raanan Gissin, un porte-parole de Sharon, a réaffirmé hier qu’Israël “a autorisé Yasser Arafat à aller se faire soigner et à revenir”. “Il s’agit d’un geste strictement humanitaire qui n’a aucune signification politique. Nous continuons à considérer Arafat comme un chef terroriste”, a ajouté Gissin. “Le Premier ministre a accepté de laisser partir Arafat à la demande d’Abou Alaa (Ahmad Qoreï, le Premier ministre palestinien) et des Egyptiens”, a ajouté Gissin qui s’est refusé à préciser si Yasser Arafat pourrait revenir uniquement à Ramallah ou ailleurs dans les territoires palestiniens. Sharon s’est prononcé à maintes reprises en faveur d'une expulsion de Yasser Arafat. “Arafat n’a pas sa place parmi nous, et le jour où nous le sortirons d’ici pour l’envoyer ailleurs n’a jamais été aussi proche”, avait proclamé le chef de la diplomatie le mois dernier. Le ministre de la Défense Shaoul Mofaz s’est lui aussi déclaré favorable au bannissement du dirigeant palestinien “au moment opportun et de la façon dont il convient”. En septembre 2003, le cabinet de sécurité israélien avait pris la décision de principe, à la suite d’une opération-suicide palestinienne, de se “débarrasser” de Yasser Arafat, qualifié de “principal obstacle” à la paix. Cette initiative avait valu à Israël un tollé général de protestations dans le monde, si bien qu’Ariel Sharon avait renoncé à mettre son projet à exécution à la demande notamment du président américain George W. Bush.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com