Exposition/ Dali et Gala tels quels





Marc et Thérèse Lacroix, un photographe et sa femme sculptrice, nous invitent à revisiter l’univers à la fois étrange et familier d’un couple étonnant : Salvador Dali et son épouse Gala. On connaît l’amour du peintre surréaliste espagnol Salvador Dali pour son épouse Gala qu’il a immortalisée dans certaines de ses œuvres, notamment ses deux tableaux stéréoscopiques, réalisés à partir de 1972, «Les huit pupilles», où l’on voit le couple reflété dans un miroir, et «Pied de Gala». Un photographe français, Marc Lacroix, et son épouse sculptrice, Thérèse, ont eu le privilège de se lier d’amitié avec les Dali durant les dernières années de la vie du peintre, entre 1970 et 1976. De cette relation est né un ensemble de 84 photographies signées par Marc et une série de sculptures titrées «Vénus», réalisées par Thérèse à partir de 1993, plusieurs années après la disparition de Salvador et Gala, et inspirées des motifs obsessionnels de l’œuvre picturale de Dali. Ces travaux, réunis sous le titre générique «Le Privilège de l’intimité», seront exposés du 5 au 26 novembre, à l’Espace Sophonisbe, à Carthage. L’exposition, organisée par le Centre culturel espagnol — Instituto Cervantes — avec la collaboration de l’ambassade d’Espagne en Tunisie, nous restitue la vie quotidienne du peintre espagnol et de sa femme dans leur maison de Portlligat et château de Pubol, où les deux couples avaient pris l’habitude de se rencontrer. Né à Paris en 1927, Marc Lacroix s’est illustré par des portraits des grands créateurs de son époque, notamment les artistes peintres (César, Arman, Chagall, Wilfredo Lam, Brassaï...) et jazzmen (Sydney Bechet, Louis Armstrong, Duke Ellington...), ainsi que par ses photographies dédiées à l’architecture moderne. Lorsque, en 1971, Salvador Dali accorde à son ami Marc Lacroix le privilège de réaliser des portraits de sa femme Gala dans son château de Pubol et que l’égérie du peintre accepte de poser pendant trois jours pour le photographe français, ce dernier ne sait pas encore que son amitié pour le peintre sera déterminante pour la suite de sa carrière. En effet, la collaboration entre les deux hommes ne s’arrêtera pas à la publication des portraits ainsi réalisés dans un numéro spécial du magazine américain «Vogue». Elle se poursuivra jusqu’à la mort du peintre, cinq années plus tard, et permettra aux deux amis de mener ensemble une recherche sur la séparation des tonalités, c’est-à-dire la transformation des photographies en noir et blanc en photographies en couleur grâce à une technique que Dali appelle «métamorphoses alchimiques». Leur collaboration s’orientera ensuite vers la mise au point de nouvelles procédures pour la réalisation de photos en trois dimensions, recherche à laquelle Marc Lacroix consacrera le reste de sa vie. Les photos de Marc Lacroix ont été montrées au public pour la première fois en 1974, à l’occasion de l’ouverture du musée Gala-Dali à Figueras, en Espagne. Elles permettront au public tunisien de se replonger dans l’univers à la fois étrange et drôle de l’un des peintres les plus originaux et les plus inventifs du 20ème siècle. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com