Selon des experts : Bush II doit adopter une nouvelle stratégie contre le terrorisme





Le Quotidien-Agences Des spécialistes du terrorisme mettaient en garde hier contre la poursuite d'une ligne dure unilatérale par une seconde administration Bush, affirmant que son résultat jusque-là a surtout été d'attiser l'anti-américanisme parmi les musulmans en Asie et au Moyen-Orient. "Le président (George W.) Bush pourrait réaliser que son approche n'a pas totalement réussi, parce que de l'avis général les Etats-Unis, leurs alliés et leurs amis sont confrontés à une menace plus grave qu'avant les attentats du 11 septembre", dit Rohan Gunaratna, un spécialiste d'Al-Qaida. "Il se rend compte que sans le soutien des Européens, sans celui des pays d'Asie et du Moyen-Orient, en particulier des pays musulmans, il ne peut pas continuer", estime ce professeur de l'Institut de défense et études stratégiques de Singapour. Il reconnaît toutefois que pour des gens comme Oussama Ben Laden "que ce soit Bush ou Kerry, cela n'a pas d'importance. La haine n'est pas dirigée contre un président, elle l'est contre les Etats-Unis en raison de leur politique à l'égard d'Israël". "Je pense que le président Bush et ses conseillers se rendent progressivement compte que c'est une question clé qu'il faut résoudre. S'ils n'en tiennent pas compte dans leurs calculs, les Etats-Unis et leurs alliés vont continuer à souffrir, de manière peut-être bien plus grave", dit-il. Gunaratna estime qu'en Asie le réseau terroriste de la Jamaah Islamiyah reste capable d'attentats, mais il "doute qu'ils attaqueront parce que Bush a été réélu. Ils attaqueront parce que c'est leur stratégie". Clive Williams, directeur des études sur le terrorisme de l'Australian National University, estime que du point de vue d'Al-Qaida, la victoire de Bush est "positive" car la guerre d'Irak leur a ouvert de nouvelles possibilités. Un autre spécialiste basé à Singapour, Andrew Tan, voit au contraire une chance d'un amendement de la politique étrangère américaine dans les quatre prochaines années. "La première administration Bush a fait un certain nombre d'erreurs stratégiques en Irak et ailleurs qui ont aliéné des musulmans et compliqué la guerre contre le terrorisme dans le monde", dit-il. Mais, "étant donné l'expérience de l'Irak et tous les problèmes qui ont surgi depuis", des changements pourraient intervenir. "La guerre contre le terrorisme doit prendre en compte des facteurs politiques, économiques et sociaux et la deuxième administration Bush va dépasser l'unilatéralisme et l'approche (militaire) unidimensionnelle", prédit-il.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com