E.S.S. : Des changements en vue





Le phénomène de rejet a produit ses effets. M’Rad Mahjoub, on le sait, n’est plus l’entraîneur en chef de l’équipe étoilée tout comme son assistant Nizar Khanfir. Et c’est l’enfant du cru, l’un des Etoilistes authentiques, l’incontournable Abdelmajid Chétali qui se trouve depuis lundi aux commandes aidés par l’un des «soldats» du club Chedly Mlik et l’ancien joueur Karim Zouaghi. La petite «révolution» fait que désormais l’ambiance s’est assainie tant au sein du groupe que dans les rangs des supporters qui pour la plupart ont enterré la hache de «guerre» espérant que leurs favoris réagiront dès ce dimanche face à la formation sénégalaise de Jeanne d’Arc. Un match de demi-finale de la Champion’s League qui risque de déterminer dans une large mesure le reste du parcours de la saison d’autant que le challenge intéresse au plus haut point dirigeants, joueurs et supporters du club. Et c’est la raison pour laquelle la mobilisation est générale. * Les coudées franches La prise de conscience consolidée dès la première réunion tenue le jour même du départ de Mrad Mahjoub entre président de club, nouveau staff technique d’une part et joueurs d’autre part, doit maintenant permettre à tout ce beau monde de réinstaurer (et c’est déjà fait) un climat de travail serein et de renouveler les ambitions avec un accent de profonde conviction. «C’est tant mieux» lance l’autre jour un pur et dur Etoiliste, Mohsen Habacha venu s’enquérir de l’état de santé de l’équipe et de la nouvelle ambiance régnant au sein du groupe. Il ajoute persuadé : «Les joueurs ne peuvent espérer tant. Tout est mis en œuvre pour que le rebondissement ait lieu ce dimanche même. Et que l’on ne viendra pas nous dire qu’un maillon de la chaîne fait défaut». Mohsen Habacha en technicien averti : «L’intérim assuré par A. Chétali et ses collaborations est à même de remettre l’équipe sur les rails et la machine en branle». Le mot est lâché comme pour cautionner le choix du président Othmane Jenayah et de se mettre en soutien à l’équipe et à ceux qui veillent à ses destinées. Reste maintenant à savoir les intentions du staff technique, sans se hasarder à chambarder l’équipe appelée à rencontrer Jeanne d’Arc, Chétali et ses collaborateurs comptent réhabiliter dans leurs «droits» les cadres de l’équipe que Mrad Mahjoub a purement et simplement légué au second plan voire complètement laissé en marge. Nous pensons surtout à un M’hadhebi qui piaffe d’impatience de rejouer, à un Bargui qui veut se rendre utile et à un Zouaghi qui ne mérite pas un tel sort étant à coup sûr une valeur sûre même si par moment voulant trop bien faire, il verse dans l’approximatif. Pêché d’un perfectionniste certes, mais l’Etoilé doit jusqu’à preuve du contraire constituer avec d’autres la colonne vertébrale de l’équipe. Ceci étant, l’on doit s’attendre à voir Chétali opérer des changements et ne compter que sur les vrais repères de l’équipe. Il va sans dire que, face à Jeanne d’Arc, l’Etoile est appelée à faire le jeu, à aller solliciter le plus souvent la défense adverse pour assurer la qualification escomptée. Le choix est unique et l’on devine un peu le souci de Chétali pour composer la meilleure attaque possible surtout si l’on se réfère aux options de l’homme de l’Argentine qui ne croit qu’aux vertus de l’attaque. Il ne manquera pas d’atouts sachant qu’il peut disposer de toute la légion étrangère de l’équipe dont Obiakor, Traoré et Opara en attaque pour déverrouiller la défense sénégalaise tout en pensant à se protéger derrière où Kalabane et Austin sont des titulaires indiscutables. * Baya de la partie Il en est de même pour le milieu du terrain où un atout majeur sera utilisé, Baya dont le repos actif a pris fin a réintégré le groupe et ne ressent plus de douleurs à la cheville. L’apport du stratège Etoilé est on ne peut plus déterminant si l’Etoilé évoluera sur sa vraie valeur en ne pensant plus à sa blessure. On le constate, ils seront tous-là hormis Sabeur Frej plâtré et Bouzaïane qui vraisemblablement ne veut plus prendre de risque car pensant plutôt à la finale de la Champion’s League. Pour suppléer S. Frej, on ne trouvera pas Arouri (non qualifié) mais plutôt Mohamed Miladi qui semble prêt à sauter sur l’occasion à moins que le staff technique ne se décide à aligner une défense à trois (Zouaghi, Kalabane et Sellami) et de prévoir comme excentrés droit et gauche Traoui et M’hadhebi. Tout ceci reste tibutaire de la forme des joueurs et des choix que prendront en conséquence A. Chétali et ses collaborateurs et peut être bien sans l’avis du président Jenayah qui se refuse de s’ingérer dans les affaires techniques tel qu’il l’a martelé avec insistance il y a quelques jours. Les choses étant telles que l’on ne peut que prévoir un nouveau départ de l’équipe quoique Mrad Mahjoub l’ait «abandonnée» aux premières loges des épreuves continentale et nationale. Mounir EL GAIED


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com