Irak : Mossoul libérée, Falloujah résiste





• 22 GI’s tués à Falloujah, un autre à Mossoul et un 24ème à Bagdad L’armée américaine a affirmé hier contrôler la quasi-totalité de Falloujah tout en reconnaissant l’existence de poches de Résistance, au moment où des Résistants se déployaient en force à Mossoul, d’où les soldats américains fuyaient. Le Quotidien-Agences Vingt-deux soldats américain ont été tués et plus de 200 autres blessés depuis lundi à Falloujah, a annoncé hier un haut responsable américain lors d’un point de presse dans une base près de la ville. Selon un porte-parole de l’armée, plus de 200 soldats blessés, le plus souvent gravement blessés, ont été admis ces trois derniers jours à l’hôpital militaire américain en Allemagne L’armée américaine a, toutefois, affirmé contrôler hier la quasi-totalité de Falloujah tout en faisant état de poches de Résistance. “Nous contrôlons Falloujah dans le sens où nous y sommes présents mais il faudra un certain temps avant de la sécuriser”, déclare un porte-parole de l’armée américaine, au cinquième jour de l’assaut lancé par des groupes américains et irakiens sur Falloujah, foyer de la Résistance. Il a cependant refusé de fixer un délai pour l'opération. “Ce qui reste (à prendre) est une petite partie en comparaison”. Les Marines tentent toujours de réduire plusieurs poches de Résistance et des combats ont lieu un peu partout dans le Nord et le Sud, mais ils sont les plus violents à Joulan (Nord-Ouest), selon des témoins sur place. Des échanges de tirs étaient toujours entendus hier soir à Joulan, ratissée par les Marines, selon un photographe de l’AFP. Plusieurs obus de mortier sont tombés près des positions américaines. Dans les quartiers sud, des Résistants sont retranchés dans des immeubles. “La situation est devenue extrêmement dangereuse car n’ayant nulle part où aller, ils restent dans les maisons en attendant notre arrivée”, a indiqué l’armée de l’occupation. Lors des opérations hier à Joulan, des Marines ont été tués selon des témoins qui ont indiqué avoir trouvé de nouveaux cadavres, entre deux et cinq, de soldats américains. Il n’a pas été possible d’obtenir un bilan de victimes civiles dans Falloujah, désertée par plus de la moitié de ses 300.000 habitants avant l’assaut. * Mossoul libérée Au moment où l’armée américaine affirmait prendre le contrôle de Falloujah, des Résistants se déployaient en force à Mossoul, où les forces américaines et irakiennes se sont retirées des rues. La police irakienne a totalement disparu et l’armée américaine est invisible dans l’agglomération, a constaté un correspondant de l’AFP. Selon lui, des groupes de Résistants armés, à pied ou en voiture, patrouillent autour des principaux bâtiments publics. Les troupes américaines, qui contrôlaient jusqu’à jeudi soir quatre des cinq ponts de la ville, se sont retirées après avoir été bombardées au mortier dans la nuit. Avant de fuir la ville, un soldat américain a été tué par des tirs de Résistants Le Directeur de la police Dahlam, a été tué à son domicile ainsi que deux de ses gardes par des hommes armés qui ont par la suite mis le feu à l’habitation, située dans le sud-est de Mossoul, ont indiqué des sources policières. A Bagdad des explosions et des tirs à l’arme lourde ont été entendus hier après-midi en provenance de la rue Haïfa à Bagdad a constaté un journaliste de l’AFP. Lors de ces échanges de tirs, un soldat américain a été tué et deux autres ont été blessés ainsi qu’un interprète irakien. L’armée a, par ailleurs, indiqué avoir perdu un hélicoptère qui a été abattu par «des tirs ennemis». Selon des témoins un convoi américain a été visé par des engins explosifs suivis de tirs à l’arme légère et aux roquettes anti-chars. Par ailleurs un sous-préfet a été tué et une banque dévalisée hier dans une localité de la province sunnite d’Al-Anbar, à l'ouest de Bagdad. Ailleurs en Irak, au moins cinq Irakiens ont été tués hier matin dans de violents accrochages entre GI’s et Résistants dans le bastion sunnite de Hawijah, à 200 km au nord de Bagdad, a indiqué la police. L’armée américaine avait encerclé jeudi soir la ville après que huit personnes eurent été blessées jeudi dans des affrontements avec des Résistants, avait indiqué le colonel Obeïdi. Entre-temps, de violents accrochages ont éclaté à Ramadi lors d’une opération de l’armée américaine dans cette ville. Par ailleurs, le colonel Obeïdi a indiqué que des centaines de salafistes armés s’étaient déployés sur les routes entre Kirkouk et Hawijah ainsi qu’entre Kirkouk et Tikrit, l'ancien fief de Saddam Husseïn. C’est précisément là que des inconnus ont pris d’assaut et incendié hier trois postes de contrôle de la police irakienne sur la route menant de Kirkouk à Tikrit, selon une source policière.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com