Conduire sans permis : Les jeunes avouent leur tort





Ils sont de plus en plus nombreux à se mettre au volant sans avoir leur permis de conduire. Ils bafouent ainsi la loi mais mettent surtout leur vie et celle des autres en péril. Tunis — Le Quotidien Plusieurs jeunes ont pris l’habitude de «piquer» les clés de voiture de leurs papas ou leurs mamans et d’aller faire un petit tour avec les amis. Ils ont également pris l’habitude de s’adonner à des rodéos en pleine voie publique s’exposant au danger de mort. Le comble c’est que la plupart de ces fours du volant conduisent sans permis. A cet effet, les jeunes eux-mêmes condamnent cette irresponsabilité et cette inconscience. Quoique certains se permettent aussi de prendre le volant sans avoir leur permis de conduire. C’est valable pour Achraf Abidi. Cet étudiant en architecture avoue qu’il lui arrive de prendre la voiture «et je n’ai pas de permis». Le mérite de Achraf c’est qu’il évite les zones de grande agglomération et de circulation. D’ailleurs il ne s’aventure pas dans de longues distances. «Je ne prends pas ce risque surtout pour éviter les contrôles de police». Notre interlocuteur n’est pas non plus un habitué des rodéos «afin de préserver la voiture». Ainsi, il se met au volant juste pour aller faire une petite course ou le temps d’un tour. En plus «je suis en train de préparer le permis», ajoute-t-il. Toujours aussi conscient du danger de la conduite sans permis et des risques de cette attitude irresponsable, Mohamed Tayari, élève en troisième année secondaire, pense que ces jeunes qui s’aventurent sur la route le font généralement sans que leurs parents ne soient au courant. «Sinon ceux-ci les encourageraient à rester dans ce tort». Ce qui veut dire que la majorité vole les clés et se lance. Mais en définitive, Mohamed estime qu’il est difficile de trancher quant à la responsabilité des parents ou de leurs enfants. Ce qu’il faut plutôt faire c’est que «la police doit serrer les vis davantage afin de dissuader ces jeunes». La gravité de cette irresponsabilité réside surtout dans le double risque qui en résulte. Et cet élève d’expliquer qu’en effet «ce sont non seulement ces jeunes au volant qui courent un grand risque mais aussi les usagers de la route qui n’ont rien à voir et qui peuvent être les victimes de ces fous sans permis». D’aucuns constatent que le nombre des accidents de la route ont nettement augmenté ces dernières années. C’est l’excès de vitesse avec tout que cela implique comme autres délits. Nul ne peut oublier non plus les accidents dans lesquels ont péri des jeunes encore à la fleur de l’âge. Parmi ceux que la mémoire a retenu celui d’Ennasr II. C’était aussi un groupe de jeunes dans une grosse caisse. A ce propos, Mohamed Elyes Boulahya condamne les parents qui sont d’après lui les premiers responsables. «Ils doivent être plus vigilants avec leurs enfants». Les jeunes doivent être aujourd’hui conscientisés et sensibilisés davantage «parce qu’ils sont en train de commettre des folies souvent irréparables». Il revient ainsi à leurs parents de trouver la meilleure façon de leur apprendre «qu’il faut d’abord avoir son permis. Ensuite, la voiture ne leur sera pas interdite». Toujours est-il que l’inconscience est un mal qui ne se soigne pas facilement. D’autant que nombreux sont les jeunes d’aujourd’hui qui à force d’être gâtés, ne parviennent plus à respecter des limites. Ils conjuguent tous leurs comportements à l’excès. M.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com