De nouveaux raids aériens sur Falloujah : Tombeau à ciel ouvert





Au moins 20 personnes ont été tuées dans trois attaques à la voiture piégée hier en Irak, après de nouveaux raids aériens américains sur la ville de Falloujah qui ont fait onze morts. Le Quotidien-Agences Six autres Irakiens, dont un haut fonctionnaire, ont été tués dans d'autres attaques à travers le pays livré à une violence endémique. La première voiture piégée, devant un centre de recrutement de l'armée irakienne à Bagdad, a fait 15 morts et 84 blessés, selon un nouveau bilan de l'hôpital Yarmouk. Près de 400 recrues étaient rassemblées dans le centre du quartier Mansour, près de la Zone verte, un secteur ultra-sécurisé où se trouvent l'ambassade des Etats-Unis et le siège du gouvernement, selon un blessé, Raëd Majid, 31 ans. "Je suis venu avec 109 de mes amis de Najaf (dans le centre de l'Irak) pour nous enrôler dans l'armée", a indiqué Wafi Mohammad, 32 ans, qui cherchait hystériquement ses camarades parmi les victimes transportées à l'hôpital. Moins d'une heure plus tard, une autre voiture piégée explosait rue Saadoun, près de l'hôtel Baghdad où résident de nombreux Occidentaux, faisant selon les hôpitaux de la capitale, deux tués et 17 blessés. L'explosion a endommagé plusieurs voitures, dont un véhicule tout-terrain d'habitude utilisé par les employés des compagnies occidentales. Selon un témoin blessé, Abdelmassih Gurgis, 40 ans, quatre voitures tout-terrain noires passaient dans la rue lorsque l'attaque a eu lieu. Les gardes de l'hôtel Baghdad ont alors tiré des rafales en l'air. A Mossoul (nord), trois Irakiens, dont un enfant, ont été tués et onze blessés dans l'explosion prématurée d'une voiture piégée, selon l'hôpital et la police de la ville. La dernière attaque à la voiture piégée à Bagdad remonte au 30 septembre, lorsque deux véhicules avaient explosé à l'inauguration d'une station de pompage des eaux usées, faisant 42 morts dont 34 enfants. Cette attaque avait été revendiquée par le groupe de l'islamiste Abou Moussab Al-Zarqaoui. Ce réseau est, selon l'armée américaine, la cible des nombreux raids aériens lancés ces derniers jours sur Falloujah, à 50 km à l'ouest de Bagdad. Hier à l'aube, onze personnes ont été tuées et 14 blessées dans la dernière de ces attaques, selon l'hôpital local. A Bagdad, deux GI’s ont été tués. * Zarqaoui désigné "Des dirigeants du groupe de Zarqaoui étaient réunis sur place au moment du raid pour planifier des attaques contre des civils et les forces de sécurité irakiennes, ainsi que les forces multinationales", selon l'armée américaine. Un autre raid a visé deux heures auparavant un "bâtiment où près de 25 membres des forces anti-irakiennes manipulaient des armes à la périphérie de Falloujah", selon l'armée. Aucune victime n'a été signalée. La multiplication des raids sur Falloujah suit la réaffirmation du gouvernement irakien de sa volonté de récupérer les villes rebelles avant les élections de janvier 2005. Les troupes américaines et irakiennes ont ainsi repris le contrôle ce week-end de Samarra, au nord de Bagdad, à l'issue d'une offensive d'envergure. Elles ont annoncé y avoir capturé 24 combattants arabes non-irakiens. Par ailleurs, l'un des directeurs généraux du ministère irakien des Sciences et de la Technologie a été abattu, avec une fonctionnaire, par des tirs d'inconnus lundi à Bagdad, selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur. Leur assassinat est le dernier d'une série d'attentats souvent meurtriers contre les hauts fonctionnaires du gouvernement d'Iyad Allaoui, formé en juin. Deux autres Irakiens ont été tués et six blessés dans l'explosion d'une bombe dans la ville de Ramadi, à l'ouest de Bagdad, qui a coïncidé avec le passage d'un convoi de Marines américains, a annoncé la police. Enfin, un général de police a été abattu dans une embuscade à Baaqouba, au nord-est de Bagdad, où un enfant a été tué par un tir d'obus de mortier sur une zone résidentielle, selon la police.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com