Confidences/ Divorcée… une demi-heure plus tard





C’est l’histoire d’une jeune fille qui s’est mariée un certain jour d’août 2004 à 20h00 pour décider de divorcer, une demi-heure plus tard. “Depuis qu’on s’est connu, il y a de cela plus d’un an, on s’est mis d’accord sur un principe: on va habiter à El Menzah. Au fait, mon fiancé possède un étage de villa dans la Banlieue sud, au dessus de la maison de ses parents. Lorsqu’il m’a demandé d'y habiter, j’ai refusé. La première raison c’est qu’il vaut mieux garder une certaine distance par rapport à la belle-famille. Mais la seconde raison, la plus importante à mon sens, c’est que je travaille à El Menzah. Je suis le bras droit de mon patron chez lequel j’ai tout appris treize ans durant. On démarre tous les jours le boulot à 8h30-9h00. Venir de la Banlieue sud serait épuisant. Mon fiancé n’a pas vu d’inconvénient surtout que je me suis engagée à assurer le loyer. J’ai respecté mon engagement et j’ai commencé à payer le loyer de l’appartement qu’on a choisi à partir du mois d’avril. Quelques semaines avant notre mariage qui a eu lieu au mois d’août, j’ai opté pour la séparation des biens dans le contrat. Chose qui n’a pas plu à mon beau-père. Le jour du mariage, à peine dans la voiture après avoir signé le contrat, mon époux me demande de trouver où travailler dans sa localité parce que je devrais quitter El Menzah. Pour moi c’était un acte de lâcheté incontestable. Je lui ai alors dit que ma sœur avait oublié de mettre la valise de mes affaires pour le voyage de noces. On est alors passé pour la récupérer. A ce moment là, je suis descendue de la voiture pour ne jamais revenir. C’était le seul moment qu'on a passé ensemble: de la municipalité à la maison de ma sœur. En ce moment, nous envisageons une formule pour divorcer”.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com