En prévision du Ramadan : Fièvre acheteuse dans les grandes surfaces





A l’approche du mois saint la fièvre bat déjà son plein dans les grandes surfaces et le circuit parallèle. A Souk Sidi Bou Mendil également, le mois saint commence à dégager ses effluves. Tunis - Le Quotidien A quelques jours de l’avènement du mois saint, l’ambiance ramadanesque se fait déjà sentir notamment dans les principales artères commerçantes de la capitale. Et comme à l’accoutumée, c’est à travers un frémissement commercial et une affluence frénétique dans les grandes surfaces qu’on annonce officiellement ce genre d’événement. Sur les rayons des grandes surfaces le décor est désormais 100% ramadanesque. Les grandes affiches annonçant les offres promotionnelles à l’occasion de la rentrée scolaire ont cédé la place à une décoration ramadanesque. Dans ces temples du shopping et de la grande consommation, rien n’est laissé au hasard. Les étalages réservés aux équipements de la cuisine, aménagés avec un grand sens de marketing et dans lesquels on a procédé à des promotions très attrayantes sur les prix, semblent drainer une bonne partie des clients qui fréquentent ces lieux. C’est que Ramadan pour les Tunisiens, rime avant tout avec la bouffe et les plaisirs de la table. Raison pour laquelle les rayons ont été aménagés en conséquence afin d’exploiter à bon escient cette opportunité et inciter les clients à l’achat. Avec cette ambiance qui incite à la dépense, les courses sont loin de se faire par de simples paniers. Elles sont effectuées plutôt par chariots qui s’acheminent en file indienne devant les caisses. Avec un chariot qui déborde de casseroles, services de table, assiettes de toutes les tailles, des verres… le tout additionné à quelques kilos de macaroni, du boîtes de conserve, du lait. Mme Alia Attia, femme au foyer, nie catégoriquement de faire partie de ces gens qui sentent monter la fièvre acheteuse à l’occasion de chaque événement marquant comme Ramadan. «Ce sont des approvisionnements habituels pour éviter l’encombrement que connaissent les espaces commerciaux tous les après-midi de ramadan», affirme-t-elle. Pour ce qui est de ces innombrables outils et ustensiles de cuisine elle ajoute que «c’est une manière de célébrer ramadan avec du neuf une «pratique courante» qui fait partie de la tradition». Dans le circuit parallèle, l’ambiance est tout aussi ramadanesque. Et pour cause : il s’agit de véritables marchés à la carte qui fleurissent à l’approche de chaque événement comme celui du mois du jeûne. Les marchands ambulants qui investissent plusieurs rues et ruelles de la capitale ne manquent point de savoir-faire commercial pour être au rendez-vous. Du côté du souk Sidi Bou Mendil, Ramadan dégage d’ores et déjà ses effluves. Toujours fidèle à sa réputation de souk des petits budgets l’endroit est désormais envahi par toutes sortes de marchandises possibles et imaginables qui pourraient être utiles pour passer un Ramadan comme il le faut. Exposés sur des étals en carton ou à même le sol, ces marchandises et articles concernent particulièrement les ustensiles de cuisine. Les assiettes et les verres se vendent par douzaines à des prix défiant toute concurrence. Des casseroles, des poêles et des couscoussiers en faux-inox encombrent les petits magasins qui constellent ce souk. Il faut dire que cet endroit est par excellence un exemple-type du commerce qui se métamorphose au gré de la conjoncture événementielle du moment. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com